Select Page

Le paradoxe du football africain

Le paradoxe du football africain

Si l’Afrique est un acteur clé dans l’internationalisation du football, il en est également exclu. Bien que disposant d’un contingent considérable de joueurs évoluant en Europe, les championnats et les sélections nationales n’en tirent aucun profit.

La Coupe du Monde 2018 approche à grand pas et aucun pays africain ne figure parmi les favoris. C’est le triste constat dressé par notre partenaire, la revue Le Comptoir. Mais pourquoi ? La pauvreté ne saurait épuiser l’explication de cet état de fait. L’Amérique du Sud aussi est pauvre, exporte une quantité de joueurs vers l’Europe et pourtant, trois de ses nations sont multiples championnes du monde.

La libéralisation des transferts de joueurs dans les années 1980 et surtout dans les années 1990 (avec l’Arrêt Bosman), a constitué une opportunité pour les joueurs africains de faire carrière auprès des grands clubs européens. L’opportunité a surtout été saisie par les élites africaines pour transformer ces mêmes joueurs en marchandises, délaissant dans le même temps les infrastructures sportives locales.

La suite de l’article de notre partenaire à lire sur le site du Comptoir.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rendez-vous à 18h !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !