Select Page

Le livre à lire avant la Coupe du Monde

Le livre à lire avant la Coupe du Monde

La Coupe du Monde de football approche. Dès le 14 juin, la grand-messe des amoureux du ballon rond débute en Russie. Alors que toutes les sélections nationales se préparent pour ce qui est le plus grand événement international du football business, Le Média vous propose une lecture pour prendre du recul avec l’économie de ce sport.

Le football business, ce n’est pas seulement des transferts toujours plus chers, des clauses extravagantes, des sponsors qui jouent la surenchère, des contrats qui s’emballent et des compétitions internationales diffusées sur toutes les télévisions. C’est une économie globalisée qui impacte la réalité des terrains du monde entier, et le quotidien de tous les joueurs qui espèrent jouer au haut niveau.

L’esclavage moderne des footballeurs africains en est un exemple concret. C’est l’objet du livre de Christophe Gleizes, journaliste à Sofoot et de Barthélémy Gaillard de Vice France : Magique système : l’esclavage moderne des footballeurs africains. Un livre, que Le Média conseille vivement.

L’Europe fait son marché en Afrique

Les deux auteurs décrivent un système qui relève de la traite coloniale, souvent sous couvert de projets humanitaires, et qui repose sur des réseaux clandestins. Les championnats européens se servent allègrement dans les clubs africains, au point que les journalistes écrivent qu’il s’agit d’un « essorage industriel ». Avec la complicité des clubs européens, des agents sulfureux, et des escrocs profitent de la crédulité de jeunes africains qui rêvent de quitter l’Afrique. Un rêve qui les mène souvent à l’échec, d’après le livre ils sont environ 70% des joueurs africains à ne pas signer professionnels en Europe. Et si ces postulants au départ représentent pour leurs familles un espoir pour une vie meilleure, la plupart finissent dans la précarité. Un mécanisme parfaitement expliqué dans le livre.

Plus migrants footballeurs que footballeurs migrants

L’histoire de ces jeunes en quête de gloire sur les terrains européens est une histoire tragique. Pour parvenir à leurs fins, les joueurs doivent souvent passer par des stratagèmes et trouver des astuces. L’un des moyens les plus connus consiste à mentir sur son âge. Tricher devient essentiel pour percer, et parfois même survivre. Sur le plateau du Média, Christophe Gleizes déclare que ces Africains sont « happés par ce rêve (…) quand on leur dit faites attention, pour eux ça revient à briser leur rêve qui est leur seule richesse ». Mais cette petite histoire dans la grande est l’arbre qui cache la forêt. Car l’objectif réel des footballeurs africains serait plus souvent d’immigrer que de percer professionnellement. Christophe Gleizes explique que ces jeunes « utilisent le football comme un moyen d’immigration ». Ces sportifs ne doivent pas être dissociés des migrants, comme le montre un passage très prenant du livre, peut-être l’un des plus forts. L’histoire de Fatim Jawara, 19 ans, gardienne de but, qui se noie en voulant traverser la Méditerranée, illustre ces destins brisés.

Pour approfondir le sujet visionnez notre interview de Christophe Gleizes :

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !