Select Page

Le Brésil tenu en échec, l’Allemagne battue, la revue du mondial n°1

Le Brésil tenu en échec, l’Allemagne battue, la revue du mondial n°1

Hier, le Brésil et l’Allemagne faisaient leur entrée dans la compétition. Retour sur cette journée de Coupe du Monde.

La Serbie se sort du piège

Comme nous pouvions nous en douter, et dans la continuité de ce que nous avions observé il y a 4 ans, le Costa Rica est une équipe difficile à manœuvrer. Une discipline de fer, un placement défensif impeccable et des contres éclairs. C’était ainsi que l’équipe d’Amérique Centrale s’était hissée en 1/4 de finale du dernier mondial au Brésil. Mais les Costa-Ricains ne sauraient se contenter de cela. Le milieu de terrain a démontré qu’il savait conserver le ballon et mener des attaques placées. Côté Serbie, rien de flamboyant même si Sergej Milinkovic-Savic et Namanja Matic ont permis à leur sélection une certaine assurance technique. Il aura fallu s’en remettre à un somptueux coup-franc inscrit par Kolarov pour permettre aux Serbes de prendre un avantage décisif. Les progrès du Costa-Rica dans le jeu n’ont malheureusement pas payé sur cette rencontre.

La surprise Mexicaine

Est-ce vraiment une surprise, en fait ? Le Mexique est une nation en progression constante et possède des joueurs de grande qualité. Javier “Chicharito” Hernandez, Carlos Vela, Hirving Lozano, Miguel Layun, pour ne citer qu’eux. On se souvient aussi du 1/8 de finale contre la Hollande du duo Robben-Sneijder, lors de la dernière Coupe du Monde, où la qualification des Bataves s’était jouée sur un détail et une erreur d’arbitrage. Depuis le mondial 2006 (défaite en 1/8 contre l’Argentine en prolongation), le Mexique est cet exemple typique de l’équipe qui joue souvent mieux que son adversaire mais qui finit par perdre malgré tout.

Et c’est l’Allemagne qui a été choisi pour conjurer le mauvais sort. Entre cadres vieillissants (Khedira, Özil, Müller) et jeunes éléments encore phase d’apprentissage (Kimmich, Draxler, Werner), la Maanschaft s’est montrée par trop brouillonne et imprécise. Au milieu de terrain, Herrera et Guardado ont été plus pugnaces dans la récupération que Kroos et Khedira. Egalement plus précis et avec un meilleur timing dans la relance. C’est au terme d’un contre superbement mené, profitant d’une ligne défensive allemande située beaucoup trop haut, qu’Hirving Lozano a inscrit le seul et unique but de la rencontre. Le Mexique peut exulter, il commence son mondial de la plus belle des manières.

Le Brésil tâtonne encore

Depuis quelques années maintenant, entre Dunga et Scolari, puis Dunga à nouveau, le Brésil faisait peine à voir malgré Neymar. On l’avait laissé sur une double humiliation, durant SON mondial, perdant 7-1 en 1/2 finale contre l’Allemagne puis 3-0 contre la Hollande lors du match pour la troisième place. Les deux Copa America qui ont suivi n’étaient pas moins désastreuses, allant jusqu’à se faire sortir dès les phases de poule lors de la Copa America Centenario en 2016. Tite, le successeur de Dunga désigné après cette énième débâcle, laisse pourtant planer les espoirs d’une nouvelle ère plus glorieuse. Durant les éliminatoires, le Brésil retrouve de l’allant, du jeu, et finit aisément en tête du classement, loin devant l’Uruguay et l’Argentine.

Malgré cela, le Brésil de Tite aperçu hier face à la Suisse rappelait étrangement celui de Dunga. Une “science” du placement douteuse, des offensives téléphonées, un alignement défensif à faire pâlir les amoureux du football tactique. Au relais, Paulinho a montré ses lacunes et Coutinho jouait plus bas qu’à l’accoutumé et semblait mal à l’aise. En attaque, Willian a brillé de passements de jambes inutiles et Neymar semblait apathique. Si Coutinho a ouvert la marque d’un enroulé lumineux aux 20 mètres, le Brésil a continué de se mettre en danger et les errances de Miranda au marquage a permis à Zuber de venir égaliser de la tête sur corner. En concédant le nul face aux Helvètes, le Brésil, comme l’Allemagne, l’Argentine et l’Espagne, n’assure pas son entrée dans la compétition.

Légende : La joie des supporters mexicains au coup de sifflet final

Crédit: Capture écran/chaîne Youtube FIFA TV

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !