Select Page

Le Brésil en maîtrise, la Belgique au bout du suspense : la revue du mondial N°12

Le Brésil en maîtrise, la Belgique au bout du suspense : la revue du mondial N°12

Ce lundi 2 juillet a vu deux 1/8ème de finale se jouer. Brésil/Mexique dans un premier temps, et Belgique/Japon dans un second temps. Résumé.

Le Brésil, tranquillement

C’était le duel latino-américain de ces huitièmes de finales, et il c’est logiquement qu’il a tourné à l’avantage du Brésil. Dans une formation au 4-3-3, les titulaires habituels étaient présents, à l’exception de la place de Marcelo blessé, remplacé par Felipe Luis, le latéral gauche de l’Atlético Madrid. Le constat évident qui ressort de cette rencontre est que les Auriverdes montent doucement mais sûrement en puissance.

Apathique contre la Suisse puis poussifs contre le Costa-Rica, les plans tactiques de Tite ont commencé à se huiler contre la Serbie. Même si cela restait encore un peu brouillon. La partition semblait alors bien mieux récitée contre un Mexique qui n’a pas démérité, mais qui s’est révélé extrêmement maladroit devant le but (14 tirs pour un seul cadré). Rigoureux défensivement, les Mexicains ont tout de même contenu les offensives des quintuples champions du monde pendant cinquante bonnes minutes. Le temps que Neymar, bien servi par Willian, n’ouvre le score.

Le Mexique a continué d’être sur le reculoire. Entre Coutinho, Gabriel Jesus, Willian et Neymar, ça percute et sa combine de mieux en mieux au fil des rencontres. Jusqu’à ce que Neymar, à la 88ème minute, serve Firmino, entré en jeu à la place de Coutinho, pour le 2-0.

La Belgique arrache sa qualification dans les dernières secondes

Le Japon serait-il en train de devenir un beau pays de football ? Lorsqu’on réalise que son football est international depuis une vingtaine d’années, on peut commencer à le dire. Combatifs et réalistes, les Japonais en ont fait voir de toutes les couleurs aux diables rouges. A la 48ème minute, c’est même le Japon qui ouvre le score grâce à Hiraguchi. Quatre minutes plus tard, Inui double la marque d’une superbe frappe aux 20 mètres.

Mais les belges ne vont pas se démobiliser. Vertonghen va permettre aux siens de réduire l’écart sur une remise de la tête qui, finalement, lobe Kawashima. Dominateurs sur le plan physique, les diables égalisent ensuite sur une tête de Fellaini, idéalement servi par Eden Hazard. Sur la fin du match, les samuraï dominent techniquement et cherchent par tous les moyens à marquer ce 3ème but salvateur qui les enverrait en quart de finale.

Le Japon y est d’ailleurs tout proche à la 90ème minute, lorsque Witsel manque de tromper son propre gardien suite à un centre de Nagatomo. Trois minutes plus tard, c’est Keisuke Honda, sur un coup-franc aux trente mètres, qui passe tout près de tromper Thibaut Courtois. Dans les dernières secondes, à la suite d’un corner mal négocié par les hommes d’Akira Nishino et à l’issu d’un contre parfaitement conduit, la Belgique parvient à arracher sa qualification grâce au but de Nacer Chadli.

Les Japonais peuvent nourrir de profonds regrets, mais peuvent se montrer fiers de leur progression. Dans ce mondial, le Japon n’a pas été seulement combatif et discipliné. Il a aussi proposé une philosophie de jeu intéressante, directe et rapide. La Belgique, quant à elle, devra faire beaucoup mieux face au Brésil en quart de finale.

Légende : Déception d’une supportrice japonaise après le coup de sifflet final

Crédit : Capture écran/chaîne YouTube FIFA TV

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rendez-vous à 18h !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !