Select Page

Une photo humiliante d’un réfugié agite les réseaux sociaux

Une photo humiliante d’un réfugié agite les réseaux sociaux

C’est une photo qui a fait le tour des réseaux sociaux ces dernières semaines. Celle d’un homme, à Tel-Aviv, tirant par les cheveux un jeune réfugié et se prenant en photo. L’auteur de la photo est revenu pour France 24 sur la scène à laquelle il a assisté.

Depuis le 24 avril dernier, c’est la photo qui agite la toile. Commentaires, détournements, utilisées hors contexte, la photo choque autant qu’elle fait réagir. On y voit un homme, vêtu seulement d’un caleçon. A côté, un homme souriant qui le tire par les cheveux et se prend en selfie. France 24 via leur site les Observateurs de France 24 a pu contacter, Jonathan Small, l’auteur de la photo, il raconte :

« Il y avait quelque chose de très gênant sur cette scène : il semblait se moquer, taquiner les migrants qui souriaient, mais ça ressemblait davantage à des intimidations. J’étais assez loin de la scène et je n’entendais pas ce qu’ils disaient, environ six ou sept mètres. Mais, dans l’attitude des migrants, j’ai senti que quelque chose n’allait pas. Alors j’ai sorti mon appareil pour prendre plusieurs photos avec mon zoom.

C’est à ce moment que l‘homme a empoigné l’un des migrants par les cheveux, comme un animal. Son attitude était étrange : il était à la fois amical et brutal, avec une manière condescendante, comme s’il disait à cet homme : “Tu es inférieur à moi, divertis-moi”. »

Sourires forcés et manque de réaction

La rédaction de France 24, qui a eu accès aux photos non floutées, décrit des sourires forcés de la part des réfugiés qui semblaient subir la situation.

Jonathan Small, photographe américain basé à Tel-Aviv, raconte qu’au moment de la photo personne n’a pris la peine de réagir, y compris lui. Il ajoute que « les réfugiés semblaient drogués », mais « que personne, SDF ou non, blanc ou noir, en Israël ou ailleurs, ne mérite un tel traitement ».

L’image a en tout cas suscité beaucoup de réactions avec plus de 5000 partages pour le post Facebook et près de 6000 retweets. Jonathan Small ajoute qu’il a déjà remarqué que sa photo était utilisée pour raconter de fausses histoires ou que plusieurs personnes remettaient en cause la véracité de la scène.

La police israélienne a fait savoir que pour le moment aucune enquête n’était menée sur cet événement.

Photo : Facebook de Jonathan Small

4 Comments

  1. Amy

    Le Média be careful to report only the facts
    « Ce dont j’ai été témoin aurait pu se passer n’importe où et je n’ai aucune idée si l’homme au t-shirt rouge est i𝘴𝘳𝘢é𝘭𝘪𝘦𝘯, 𝘫𝘶𝘪𝘧, 𝘰𝘶 𝘱𝘦𝘶𝘵-ê𝘵𝘳𝘦 𝘶𝘯 𝘵𝘰𝘶𝘳𝘪𝘴𝘵𝘦. Et d’ailleurs, peu importe : mon objectif a été de montrer une situation qui n’est pas normale, où qu’elle se déroule, et dire à ceux qui seraient témoins d’une scène similaire de faire la même chose pour que ce genre de scène ne tombe pas dans l’oubli ».Jonathan Small

    http://observers.france24.com/fr/20180501-photos-choc-migrants-tel-aviv-israel-photographe-histoire-image

    Réponse Signaler un abus
    • fiofio

      Amy : Qu’est-ce qui vous gêne dans cet article de Yanis Mhamdi ? Pour ma part je n’y vois que l’énonciation de faits rapportés avec prudence qui ne caractérisent pas l’homme incriminé à part sa distinction par son tee-shirt rouge et le fait que c’est un « blanc ». A aucun moment il est dit qui est cet « homme » et à aucun moment il n’est suggéré quoi que ce soit de cet homme. La seule chose qui identifie très clairement la scène dans le texte est le lieu où elle se passe (une plage de Tel Aviv) sans plus de précision sans ajouter la moindre allusion derrière ce lieu. De plus, je ne vois pas en quoi l’article de France 24 que vous nous proposez en lien à la fin de votre message accréditerait l’idée que Le Média ne se soit pas rapporté uniquement aux faits.
      Merci donc de me dire, Amy, ce qui ne relève pas de faits dans ce qu’a écrit Le Média dans cet article.

      Réponse Signaler un abus
  2. christian xerri

    Que cet homme puisse « jouer » ainsi de sa « capture » me choque…encore faut-il être plus précis. « l‘homme a empoigné l’un des migrants par les cheveux, comme un animal. » comme un animal, comme le ferait un raciste? Alors il faut le dire simplement! Questionner les deux personnes et ne pas livrer une photo ainsi. « Jonathan Small, photographe américain » a-t-il vendu ses photos? ou est-ce vous qui l’avez fait? Qu’en pensent-ils de cette affaire?

    Réponse Signaler un abus
  3. Pierre

    J’ai pitié pour l’homme qui a fait ça, oui que dieu ai pitié de lui, sans commentaire.

    Réponse Signaler un abus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rendez-vous à 18h !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !