Première Guerre mondiale : Lettre d’un Poilu « abandonné à son triste sort »

Première Guerre mondiale : Lettre d’un Poilu « abandonné à son triste sort »

Hors des « grands soldats » dont on célèbre la mémoire, la Grande guerre de 1914-1918, c’est aussi et surtout une multitude de drames personnels et familiaux. À l’occasion de la commémoration des 100 ans de l’armistice, nous vous en dévoilons un parcours singulier.  

Né le 19 janvier 1897, Maurice Soive intègre l’armée le 11 janvier 1916. Déclaré déserteur le 30 janvier 1918, il est condamné le 11 avril 1918. Le jeune homme est alors envoyé au bagne de Saint-Laurent-du-Maroni, où il décède le 2 janvier 1924. L’histoire pourrait s’arrêter là. Pourtant, il y aurait derrière plus complexe, comme en témoigne cette lettre rédigée le 12 septembre 1922, adressée au président de la Ligue des droits de l’homme. Maurice Soive se décrit comme un « déshérité », « victime de sa bonne foi ». Il estime être « l’objet d’une condamnation infamante qui déshonore le nom sans tâche d’une honorable famille ». Le jeune soldat a été en réalité reconnu coupable de « tentative de meurtre volontaire » sur un lieutenant, après de malheureuses circonstances, voire « une machination », selon ses dires. Maurice souhaite juste que son père, Désiré Soive connaissent la vérité. Nous diffusons ce document qui nous a été adressé par un membre de sa famille.

Légende : Poilus le 1er janvier 1915

Crédits : Flickr / Commons project / Library of Congress

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signez la pétition !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !