Select Page

Le gouvernement veut lutter plus efficacement contre la « cyber-haine »

Le gouvernement veut lutter plus efficacement contre la « cyber-haine »

L’enjeu affiché serait d’endiguer ces « torrents de boue » qui se déversent quotidiennement sur la toile. Afin d’être plus efficace, Edouard Philippe a dévoilé son plan, enjoignant les plateformes à « prendre leurs responsabilités ».

C’est au Musée de l’histoire de l’immigration que le Premier Ministre a déclaré vouloir élaborer ledit « plan » contre le racisme et l’antisémitisme. Une mission doit être, à cet effet, mise sur pied pour travailler à modifier la loi française. Le but étant, in fine, d’imposer cette nouvelle législation au niveau européen. Ce qui est « publié sur les réseaux sociaux en France doit répondre aux lois de la République », martèle le chef du gouvernement. Si, concernant les discriminations, il compte être aussi ferme à l’égard des Gafa qu’il ne l’est concernant leurs impôts impayés…

Il est prévu que l’Allemagne serve tout d’abord de modèle. Sachons qu’Outre-Rhin, les grands réseaux sociaux sont menacés d’amandes pouvant aller jusqu’à 50 millions d’euros si les propos haineux ne sont pas retirés avant les 24 heures suivant leurs publications. L’exécutif souhaiterait également permettre aux cyber-enquêteurs de s’inviter dans des espaces de discussion sous pseudonyme. Un projet de loi, détaillant toutes ces mesures, doit passer en Conseil des ministres le 18 avril.

En outre, le gouvernement entend renforcer de la plateforme PHAROS, chargée de signaler les contenus illicites. Les personnes assignés à des travaux d’intérêt général pourront se voir donner pour tâche la modération et le signalement de propos haineux. Enfin, est étudiée l’idée que les plaignants puissent eux-même qualifier le mobile raciste du propos dont ils feraient l’objet. Pareille mesure est appliquée au Royaume-Uni. Reste à savoir si les cyber-enquêteurs et les plaignants auront le discernement nécessaire. Si l’on couple ce projet de loi aux récents propos d’Emmanuel Macron sur les fake news, il est à craindre que certains terrorismes intellectuels soient favorisés en dépit de la liberté d’expression. Il serait dommage que la moindre remise en question soit qualifiée de « raciste » par un interlocuteur dont l’opinion manquerait de mesure. C’est un écueil, à priori, qu’il faudrait ne pas éluder.

Subsistent quelques questions d’ordre budgétaire. En 2015, 40 millions d’euros avaient été mis à disposition de la lutte contre la « cyber-haine », alors que 100 millions avaient été initialement promis. Le gouvernement affirme que ce budget sera sanctuarisé. Cela n’est pas sans rappeler les propos du Président Macron à l’égard du budget alloué au Secrétariat d’État chargé de l’Égalité entre les femmes et les hommes. On se souvient aussi à quel point celui-ci s’est révélé dérisoire…

Crédits (cc)Pixabay

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signez la pétition !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !