Campagne de la RATP : les harceleurs ne sont pas des animaux sauvages

Campagne de la RATP : les harceleurs ne sont pas des animaux sauvages

La Région Ile France, présidée par Valérie Pécresse, vient de lancer une grande campagne de mobilisation contre le harcèlement sexuel dans les transports. Dans les couloirs du métro ou des trains de région, vous pourrez voir une de ces 20 000 affiches : des femmes, immobiles, le regard vide, s’accrochant à une barre de métro, le tout dans un milieu hostile. Les harceleurs sont transformés en animaux sauvages : des ours, des loups, des requins, que de prédateurs… Le service de communication de la Région Ile de France n’a pas l’air de bien maîtriser la métaphore.

Non, les harceleurs ne sont pas des animaux sauvages, ce sont des hommes ordinaires, des Monsieurs tout le monde difficiles à repérer. Ils peuvent avoir un attaché case, un costume et une cravate. Ils peuvent porter un sweat et un sac à dos. Ils peuvent être grands, petits, vieux ou jeunes. Ils ne ressemblent ni à des ours, ni à des requins, ni à des loups, et ce n’est d’ailleurs pas très gentil pour nos amis les animaux de les comparer à des agresseurs sexuels.

« Ne minimisons jamais le harcèlement sexuel ! » hurle le slogan de la campagne. Pourtant, c’est bien l’effet produit de cette campagne. Faire croire que seuls des prédateurs aux allures de bêtes sauvages agressent les femmes, c’est minimiser le harcèlement. Rappelons que suivant une étude du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes publiée en 2015, 100% des utilisatrices des transports en commun ont déclaré avoir été victimes au moins une fois dans leur vie de harcèlement sexiste. Aucune n’a déclaré qu’il s’agissait d’un ours.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rendez-vous à 18h !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !