« De moins en moins de monde partage votre vision élitiste de l’exercice du pouvoir et votre capitalisme suranné » Lettre à Emmanuel Macron

« De moins en moins de monde partage votre vision élitiste de l’exercice du pouvoir et votre capitalisme suranné » Lettre à Emmanuel Macron

« On peut être un Gitan voyez-vous Monsieur le Président, avoir quelques références culturelles, et citer Boris Vian », avertit un membre de cette communauté, Marc Noegelen dans une lettre adressée à Emmanuel Macron, que nous a fait parvenir Karine Dettinger, femme du boxeur.

Monsieur le Président
Je vous fais une lettre
Que vous lirez peut-être
Si vous avez le temps….

On peut être un Gitan voyez-vous Monsieur le Président, avoir quelques références culturelles, et citer Boris Vian (Diable ! Il connaîtrait même l’auteur !?).

Votre serviteur, Monsieur le Président, est issu de cette communauté.

Il a grandi dans une caravane, a été éduqué avec amour, respect d’autrui, de soi et des institutions de la République.

Le Gitan que je suis a été scolarisé le plus normalement du monde et a même eu l’outrecuidance d’être bien souvent le premier de sa classe, malgré bien des difficultés d’intégration qui n’étaient pas de son ressort…

Je suis aujourd’hui âgé de 43 ans, suis titulaire d’un Bac +5, Master 2 en Droit, économie et gestion, mention Sciences du Management.

Je suis salarié depuis 17 ans dans une grande entreprise nationale et exerce mon métier avec le plus grand professionnalisme.

J’ai 4 enfants, vis en couple avec une femme « normale » qui est professeur des écoles et auteure reconnue dans son domaine.

J’ai moi-même été déjà publié chez un éditeur assez connu.

Mes deux aînés ont une scolarité exemplaire à leur tour, suivent des cours au Conservatoire de notre Ville, font du sport…

Nous payons chaque mois rubis sur l’ongle, le crédit de notre maison.

Et nos impôts pour financer les services publics de la collectivité avec l’esprit de solidarité qui va
de pair.

Je m’étais promis de réagir lors de vos derniers écarts de langage, si c’était amené à se
reproduire.

Et ça y est, cela vous reprend Monsieur le Président. Vous venez, une fois de plus, d’insulter
une grande partie de la population française.

Celle des gens du voyage donc, dont font partie les gitans, qui vous l’ignorez peut-être,
représentent environ 500 000 personnes en France.

Vous avez stigmatisé, humilié, ces 500 000 personnes en commentant la vidéo de M. Christophe Dettinger enregistrée peu avant qu’il se livre aux autorités. (Quelle conscience et quelle honnêteté
pour un Gitan !)

Il serait donc selon vous, incapable de s’exprimer autrement que par des borborygmes, et dans l’impossibilité d’avoir de lui-même un discours humaniste justifiant ses actes ?

Que sont exactement les mots d’un « boxeur Gitan », Monsieur le Président ?

Au-delà des propos nauséabonds, vous ignorez peut-être que cette communauté entière que vous venez d’insulter, a subi au même titre que la communauté juive durant la seconde guerre
mondiale, ce qui s’appelle un génocide :

Le « Porajmos » ou « Samudaripen ». Qui n’est toujours pas reconnu au même titre que l’Holocauste…

Selon les historiens, ce peut être jusqu’à 500 000 personnes qui ont été déportées, internées, décimées, dans les mêmes circonstances que ce qui advint au peuple Juif.

La stigmatisation ne s’arrête pas à cela, puisque avant et après-guerre cette communauté s’est vue entravée dans sa liberté d’aller et venir, dans sa liberté de travailler, de commercer, assignée à
visa obligatoire sur leur carnet de déplacement à chacune de leur aller et venue, facilitant par là même aux heures les plus sombres, et avec le concours du régime de Vichy, les actions violentes menées contre eux (internement, stérilisation, extermination, …).

Pour l’anecdote, sachez, Monsieur le Président, que nombre d’entre eux ont combattu, durant la première guerre mondiale, notamment aux côtés de leurs concitoyens. Car oui, ce sont bien des
citoyens français, et en aucun cas des citoyens de seconde zone.

On les a envoyés en première ligne très souvent, car on reconnaissait aux hommes de cette communauté un sens aigu de la liberté, un courage hors norme et une absence de peur qui fut
fort utile à la Nation, lorsqu’il fallut user de chair à canon pour monter en première ligne de front afin de défendre notre Mère Patrie.

Tout cela pour sauver notre démocratie.

Tout cela pour rester libre.

Tout cela pour qu’un jeune homme comme vous puisse, un jour, recueillir 24,01% de voix lors d’un premier tour de scrutin présidentiel. En vous exprimant comme vous l’avez fait, vous vous êtes rendu coupable de racisme et de discrimination.

Vos petites phrases, comme vous les appelez, portent atteinte à la fonction que vous êtes censé
incarner.

Au lieu de rassembler, vous clivez. Nuisez à la cohésion du peuple français.

Vous faites déshonneur à la devise républicaine en tentant, vous et votre gouvernement, de priver les Français de leur liberté, qui veulent manifester fraternellement, dans leur quête d’égalité.
Tout ceci est d’autant plus dommageable que vous étiez censé, vous et les représentants de votre parti, incarner le renouveau.

Mais quel renouveau ?

Celui de la répression ? De l’usage de la force disproportionnée sur ses concitoyens ? Celui de l’intérêt de quelques particuliers fortunés au détriment de l’intérêt collectif ? Celui du détricotage
permanent des valeurs et des institutions de la République qui nous ont été léguées après-guerre, au lendemain du CNR (Conseil National de la Résistance) ?

Votre vision de l’avenir de notre pays est laide et je crois, Monsieur le Président, que de moins en moins de monde partage votre vision élitiste de l’exercice du pouvoir et votre capitalisme
suranné.

J’ai voté pour vous aux tours de l’élection présidentielle, le comble.

Las de vos petites sorties et de votre politique mortifère, soyez assuré qu’à compter d’aujourd’hui, monsieur le Président, je serai votre plus farouche opposant, dans le plus strict
respect du cadre démocratique et du Droit.

À la républicaine.
Vive la République.
Vive la France.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, mes sincères salutations.

Marc NOEGELEN

Légende : Emmanuel MACRON, ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, sort du Conseil des ministres, au Palais de l’Élysee, le 20 janvier 2016

Francois Lafite / Wostok Press / Maxppp

18 Comments

  1. Thierry Dubois

    Je comprends bien la critique de Marc NOEGELEN. Not’ president est incorrigible. Il ne peut faire autre chose que stigmatiser, cliver… Normal, s’il concède à ses opposants, il est politiquement mort. S’il reconnaît que ces opposants sont legitimement fondes à critiquer sa politique en leur accordant le statut de ctoyen, il se destitue.
    La charge contre les gens du voyage est ignoble. L’auteur de la lettre rappelle à tous ce qui advient lorsque le pouvoir stigmatise certains: ils meurent.
    La conclusion est incertaine, mais quelqu’un doit être neutralisé du point de vue de la capacite d’initiative politique.

    Réponse Signaler un abus
  2. Martine ALLISIO

    J’ai apprécié les termes de cette lettre, posés et clairs. Ils reflètent ce sentiment de révolte froide que nous ressentons tous au fil du temps, après tout ce qui s’est passé, et malheureusement qui reste à venir de « ce personnage » que le pouvoir a complètement déshumanisé. Marc NOEGELEN vous avez mis sur du papier votre ressentiment, et cela représente ce que beaucoup d’entre-nous pensons. Merci.

    Réponse Signaler un abus
    • Rives

      Tout président qu’il est Macron se rend coupable de propos raciste et meprisant et de discrimination.
      Je ne pense pas que ce soit le rôle d’un président de la République.
      S’il n’était pas président et ne bénéficie pas de l’immunité il pourrait être poursuivi en justice pour cela

      Réponse Signaler un abus
  3. WIEHN Christiane

    Marc NOEGELEN Monsieur vous avez une vision tellement juste de cet élu que je me refuse a à appeler président, pour moi il n’est qu’un imposteur,. Il incarne le mal, la luxure, le vol, le mensonge et la violence en tout genre a lui seule. Merci pour cette magnifique lettre qui reflète ce que pense une majorité des français. La plus part dont je suis n’aurais pas su l’exprimer aussi parfaitement. La grande famille des gents du voyage n’a pas finit de surprendre beaucoup de monde. MERCIET RESPECT MONSIEUR

    Réponse Signaler un abus
    • michel MARION

      J’ajouterai en plus des incarnations que vous décrivez qu’il est lâche ! Se cachant derrière une fausse bravoure « venez me chercher » sachant qu’il ne risque absolument et constitutionnellement rien de ce côté là .

      Réponse Signaler un abus
  4. van der

    Surtout du « moi je, moi je » et du « vous êtes pas beau méchant « . Ça manque de profondeur et d’analyse pour un type avec un bac+5, publié par une maison connue (joli coup de pub pour sa propre personne et activité, monsieur)… Bien sûr il a raison sur ce qu’il dit de Macron mais bon dans une lettre ouverte à un président on peut s’attendre à mieux que des jérémiades améliorées. Cette lettre sent la com, adopter la position du chevalier blanc pour s’attribuer le mérite d’une cause, en simplifiant son discours rempli de généralités pour que tout le monde comprenne (et surtout on prend par les sentiments). J’ai peut-être tort sur ses intentions, mais dans ce cas, il est où le niveau bac+5 et master 2 avec mentions et tout dont il semble être si fier? Et non je ne suis pas un sbire de Macron, seulement protester contre un régime ne veut pas dire applaudir le premier vociférateur venu, tenant un discours moralement plaisant mais qui n’a pas de réel fond.

    Réponse Signaler un abus
    • Yannis

      C’est tout ce que vous avez trouvé à lire dans cette lettre au président, qui est une figure de style comme une autre pour exprimer ses doléances et critiques au gouvernement.

      C’est vous qui réduisez cette tribune à une pauvre publicité. à de l’autopromotion. Quelle tristesse de ne voir que le laid dans ce monde, dans ces lignes honnêtes et claires. Peut-être y êtes-vous davantage sensible parce que cet aspect des choses, la marchandisation de tout, jusqu’aux sentiments, jusqu’aux opinions reflète votre mode de vie et vos priorités. Vous savez, la paille dans l’oeil du voisin…

      Quelle condescendance, alors qu’on peut aussi y voir un homme fier de son parcours, qui se plie à cette démonstration de diplômes et de CV face à un président VRP de la Start up Nation au discours très limitè, à l’entendement aussi de ses prochains, Je dirai que Marc NOEGELEN s’abaisse même à lui parler selon les mots macronesques (réussite sociale etc.) et une pensée binaire réussite/échec. Vous aussi y avez succombé apparemment.

      Vous écrivez « et surtout on prend par les sentiments », car vous ne voulez pas voir la beauté toute simple de cette phrase : « Il a grandi dans une caravane, a été éduqué avec amour, respect d’autrui, de soi et des institutions de la République. »

      Il y a de l’humanité et du respect chez les gens du voyage, c’est trop dérangeant pour vous ?

      Réponse Signaler un abus
    • CRESPIN Christian

      Personnellement, je n’ai que Bac – 3, tout juste le brevet, et je puis pourtant rédiger des lettres tout aussi bien que Marc… et que vous-même, Van der…, qui vous abritez courageusement derrière l’anonymat. Ce n’est pas une critique constructive que votre réponse, juste l’expression revancharde de quelqu’un qui regrette de n’avoir pas eu l’idée de rédiger un tel courrier. Il m’apparaît normal, tout au contraire, que Marc évoque sa personnalité propre, en cette circonstance précise, pour montrer que les gens du voyage ne sont pas aussi ignares ou illettrés que vous ou d’autres pourraient le penser, et que par conséquent, le président Macron, une fois de plus, a bien fait montre d’un préjugé inadmissible, au regard de sa charge et de ses fonctions. Selon l’article 1 de la loi 2008-496 du 27 mai 2008, modifié par la loi n°2017-256 du 28 février 2017, « constitue une discrimination […] la situation dans laquelle, sur le fondement de son origine… de son appartenance ou de sa non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie… une personne est traitée de manière moins favorable qu’une autre… » A ce titre, donc, le président Macron pourrait être passible du Tribunal, à la fin de son mandat, bien entendu. Que l’on me comprenne bien, je ne donne pas raison ou tort à Monsieur Dettinger, je dis juste que Marc, en l’occurrence, a raison de défendre l’honneur des gens du voyage face aux propos du Président Macron.

      Réponse Signaler un abus
    • Pégé

      T’as que ça à dire sur un tel problème ? Tu joues le prof dans un moment pareil. Le monde est une copie à « corriger » pour toi ?

      Réponse Signaler un abus
    • Brahkame

      Bin allez monsieur, faut pas te gêner puisque tu te sens meilleur dans la récrimination (vu ce que tu aigri/écris), fais-lui un cours de sémantique à ce gitan bac +5 et montre-nous ta prose qu’on puisse comparer, petit rigolo anonyme.

      Réponse Signaler un abus
  5. L'alsacien révolté

    Bravo à vous Monsieur pour votre courrage d’oser dire tout haut ce 90 % de la population pensent tout bas.

    Réponse Signaler un abus
  6. Elias

    A envoyer a BFM pour commentaires. Je serai curieux de les entendre.

    Réponse Signaler un abus
  7. Sophiucus

    J’ai publié hier ici un commentaire critique au sujet de cette lettre, mais je constate qu’il a tout bonnement disparu… Étrange. Je ne m’explique pas cette censure alors que je n’ai rien dit de diffamatoire ni d’insultant. J’interrogeais seulement les intentions de son auteur au vu du contenu de la lettre en comparaison avec son niveau d’études. L’analyse y est assez faible, et pendant la moitié de la lettre tout ce qu’on lit réellement c’est qu’il a accompli des choses dans sa vie et dans l’autre moitié que macron l’a vexé en parlant des gitans. On est donc en droit de se demander quel est le but d’une telle publication: publicité personnelle, utilisation d’une cause pour se placer sur un piédestal, ou démagogie pure afin de se donner un statut médiatique? Peut-être rien de tout ça, je peux me méprendre, et effectivement le texte véhicule des valeurs auxquelles j’adhère aussi. En attendant une lettre publique (et publiée) à un président contesté mérite mieux que l’assénation de généralités évidentes sur le ton de l’ego blessé.
    PS: il est de mon droit de critiquer le contenu d’un article, et de partager mes réflexions sur celui-ci. Il n’y a pas de raison valable pour que ce commentaire soit supprimé.

    Réponse Signaler un abus
    • Kévin Boucaud-Victoire

      Désolé, nous n’avons aucune trace de votre commentaire.

      Réponse Signaler un abus

Trackbacks/Pingbacks

  1. Procès de Christophe Dettinger : "En voulant empêcher une injustice, j’en ai créé une autre" | Le Média - […] « De moins en moins de monde partage votre vision élitiste de l’exercice du pouvoir et votre ca… […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signez la pétition !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !