Select Page

Les étudiants de Paris 8 repèrent un homme venu les espionner

Les étudiants de Paris 8 repèrent un homme venu les espionner

En pleine Assemblée générale, les étudiants ont évacué un homme suspect qui se présentait comme un viticulteur.

Jeudi 10 mai, les étudiants de l’université de Paris 8 Vincennes Saint-Denis tenaient une Assemblée Générale afin d’organiser le mouvement étudiant. Pour rappel, depuis plus de deux mois, les étudiants protestent contre différentes réformes de l’éducation, notamment la loi ORE, Orientation et Réussite Etudiante.

Pendant l’Assemblée Générale, des étudiants remarquent « un individu au comportement étrange », expliquent-ils dans un communiqué.

Un comportement suspect

L’homme est seul, personne ne le connaît, et il semble un peu âgé pour venir à une Assemblée générale organisée par des étudiants. Certains l’observent et finissent par trouver « son comportement suspect ». Deux d’entre deux finissent par lui parler. L’intéressé dit s’appeler Damien Rigaud. Il se présente comme un viticulteur du Sud de la France, venu étudier l’œnologie à Bercy et logeant à Aulnay-sous-Bois. Les étudiants rapportent « une conversation absurde », où l’homme a raconté être un défenseur des réfugiés, venu « donner un coup de main. »

Pas dupes, les étudiants trouvent suspect et caricatural le discours de l’individu. « Il a été jusqu’à nous dire qu’il avait l’impression d’avoir des flics en face de lui quand nous lui avons demandé s’il pouvait prouver son identité », rapportent les étudiants. Mais l’homme n’a pas de papiers sur lui.

Les jeunes lui demandent alors « s’il est RG » (1). L’intéressé nie en bloc, allant jusqu’à dire qu’il ne sait même pas ce que c’est. A ce moment, les étudiants remarquent un fil qui dépasse de sa sacoche. Il s’agit de celui d’une caméra. Démasqué, l’homme venu espionner les étudiants en lutte tente de fuir. Les étudiants bloquent alors les issues et lui demandent de leur remettre ses enregistrements. Ils racontent : « Il a essayé de les sauver jusqu’au bout avec un entêtement inconsidéré au vu du rapport de force totalement en sa défaveur, mais nous avons réussi à récupérer tout le matériel : boîtier d’enregistrement avec carte SD, caméra, micro, sacoche et prise de notes (en photos ci-dessus). »

« Nous faisons peur à l’Etat pour que de tels moyens soient déployés contre nous pour nous observer », affirment-ils à la fin de leur communiqué. « Votre tentative de casser notre lutte en nous infiltrant a échoué, et nous résisterons coûte que coûte ! »

Aujourd’hui, vendredi 11 mai, selon de le ministère de l’enseignement supérieur, les universités de Nanterre et de Rennes 2 sont toujours bloquées, et les universités de Limoges, Nantes, Marseille, Paris 8 et La Sorbonne sont perturbées.

(1) Pour information, la Direction centrale des renseignements généraux a disparu en 2008. Elle a laissé place à la DGSI et à la SCRT.

Crédits photo : Compte Twitter Paris 8 en lutte @P8enLutte

2 Comments

  1. Vincent

    Pourquoi bloquer ? Si la selection n’est pas faite par l’Etat elle est faite par la société civil, bien plus sévère et partiale.

    Réponse Signaler un abus
  2. Clarbet

    Quand ferez vous un article sur l’intervention courageuse des forces de l’ordre hier quartier de l’Opéra?

    Réponse Signaler un abus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rendez-vous à 18h !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !