Select Page

L’Assemblée vote contre l’étiquetage obligatoire et l’interdiction de la publicité pour la malbouffe

L’Assemblée vote contre l’étiquetage obligatoire et l’interdiction de la publicité pour la malbouffe

Lors des débats sur la loi Alimentation, l’Assemblée a refusé de rendre obligatoire l’étiquetage Nutri-Score et a voté contre l’interdiction des publicités pour les produits alimentaires jugés trop gras, trop sucrés, trop salés à destination des enfants.

La loi Agriculture et Alimentation est aujourd’hui devant le Sénat. Elle a été votée par l’Assemblée nationale le 30 mai dernier. Parmi les différents amendements refusés, plusieurs portaient sur ce qu’on appelle la malbouffe, ces fameux aliments “trop gras, trop sucrés, trop salés.”

L’obligation du Nutri-Score sur les emballages et publicité rejeté

Lors de l’examen à l’Assemblée du projet de loi pour « l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable », dit plus simplement loi Agriculture et Alimentation, les députés insoumis ont déposé un amendement, visant à rendre obligatoire l’indicateur nutritionnel Nutri-score sur les emballages.

Nutri-score est un nouveau logo élaboré par l’agence nationale de santé publique visant à rendre plus lisible sur les emballages les apports nutritionnels des produits alimentaires.

Grâce à un code couleur et une lettre allant de A (en vert) à E (en rouge), en un coup d’œil le consommateur peut savoir si l’aliment est plutôt bon ou mauvais pour sa santé. Le score est calculé en prenant en compte les nutriments et aliments à favoriser : fibres, protéines, fruits et légumes, nutriments, mais aussi ceux à limiter : calories, acides gras, sucre et sel.

Alors que le Nutri-score a été adopté en début d’année 2017 mais seulement à titre facultatif, cet amendement visait à le rendre obligatoire. Mais l’Assemblée nationale en a décidé autrement.

Certains députés de la République en marche avaient quant à eux déposé un amendement visant à rendre le Nutri-Score obligatoire sur les publicités. C’est le député LREM Olivier Véran qui avait proposé cet amendement, rejeté, tout comme celui de la France insoumise. Au final, le Nutri-Score ne sera obligatoire ni sur les emballages ni sur les publicités.

Mais aussi l’interdiction des publicités pour la malbouffe

Plusieurs députés de tous bords politiques, La République en Marche (LREM), le Parti socialiste (PS), la France insoumise (FI) mais aussi les Républicains (LR) ont voulu interdire ou au moins limiter les messages publicitaires concernant les « produits alimentaires et boissons trop riches en sucre, sel ou matières grasses et ayant pour cible les enfants de moins de 16 ans » sur « tout support de communication radiophonique, audiovisuel et électronique. »

« Les industriels usent à l’envi des codes de l’enfance » pour les « influencer » a affirmé la député LREM Anne-Laurence Petel, qui a rappelé lors des débats qu’ « en France, un enfant sur six est en surpoids. » Loïc Prud’homme, députée FI, a quant à lui parlé de « lavage de cerveau » des plus jeunes.

Cette fois encore, l’amendement a été rejeté, la députée LREM Cendra Motin faisant appel à « la responsabilisation des parents » plutôt qu’à la loi. Le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert a affirmé de son côté que l’on n’avait pas « besoin d’inscrire des choses par trop contraignantes dans la loi. » Pour rappel, il est recommandé de manger cinq fruits et légumes par jour.

1 Comment

  1. pat

    Les conflits d’intérêts des marcheurs godillots font la loi. Stop.

    Réponse Signaler un abus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rendez-vous à 18h !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !