L’Académie de la Réunion, ou la stratégie du « tout va bien »

L’Académie de la Réunion, ou la stratégie du « tout va bien »

Alors que les rédactions parisiennes semblent se désintéresser du mouvement réunionnais, qu’elles ont pour certaines définitivement réduit à sa dimension « émeute », les blocages et pénuries perdurent dans l’île. L’État, qui peine à résoudre le conflit, peut cependant compter sur le zèle de certains de ses services…

Pour rire un peu pendant la crise, il est vivement recommandé d’aller lire les communiqués truffés de fautes du Rectorat de la Réunion, lesquels semblent, depuis le début du mouvement, s’adresser aux oiseaux. Chaque jour, Monsieur le Recteur déclare en effet doctement que la reprise est pour demain ; depuis plus d’une semaine déjà, les enseignants sont donc « invités » à rejoindre leurs postes, dussent-ils pour cela rouler sans carburant, survoler 17 barrages et faire le pied de grue devant une école fermée par la mairie – seule compétente avec la préfecture à décider s’il faut ou non en ouvrir les portes.

Le personnel, un bouclier humain ?

Ainsi a-t-on pu s’amuser à comparer la liste des écoles fermées par décision des maires et celle des écoles ouvertes par décision du Rectorat. Plus carnavalesque encore, l’organisation d’une « pré-rentrée » le lundi 26 novembre, soit au plus dur de la crise. Une « rentrée » sans élève durant laquelle les enseignants étaient invités à « travailler en équipe » dans les locaux disponibles de leur circonscription, et qui a, comme de juste, consisté en fait à un genre de sauve-qui-peut général. Ce qui n’a pas empêché l’Académie de s’en dire pleinement satisfaite : « « Le travail réalisé par les équipes éducatives pour organiser l’accueil pédagogique des élèves (…) permettra d’accompagner le retour des élèves en classes », s’est-elle ainsi félicitée dans un communiqué du 26 novembre…

Lire aussi : Vers un printemps créole ?

Ne nous y trompons pas : il s’agit très peu de naïveté. En réalité, de connivence probable (ou par pur zèle, sait-on jamais…) avec les autorités, les services du Rectorat entendent générer ainsi le retour à la normale – un peu comme on pousse une voiture en panne pour que le moteur reparte. Pour le dire autrement, l’Éducation nationale a manifestement cherché – cherche encore –à utiliser ses personnels comme boucliers humains, les « invitant » à braver le tumulte ambiant pour que, peu à peu, l’idée que tout est en ordre entre bien dans les têtes.

Des « statistiques » ont même été publiées le vendredi 30 novembre, affirmant, dans l’hilarité générale, que « dans les 11 communes où les écoles étaient ouvertes, 63 % des élèves ont été accueillis par les 95 % d’enseignants présents ». On remarquera, d’une part, que la Réunion compte 24 communes et, d’autre part, que partout plane le doute quant au sérieux de ces chiffres. On retiendra aussi que malgré ces pieuses incantations, les conditions de circulation et/ou d’approvisionnement en carburant sont encore très compliquées partout dans l’île ce samedi.

Soucieux sans doute de marteler sa neutralité, le Rectorat s’est en outre fendu d’une lettre aux enseignants, leur expliquant sous quel angle il fallait approcher la question avec les élèves lors de la reprise. Il y est en substance question de « prendre appui [sur la] réparation envers celui ou ceux qui ont été́ victimes de la transgression », [et la] « ré-instauration de la loi… » ou d’« envisager avec les élèves des sanctions possibles… », etc. On aurait pu faire plus court et ordonner directement une charge de gendarmes mobiles dans les écoles.

Installé sur l’île de la Réunion, François Amaury est professeur des écoles.

Légende : Gilets Jaunes à la Réunion

Crédits : Capture d’écran / YouTube / Euronews 

1 Comment

  1. Amstramgram

    Merci pour cette mise au point. Les médias mainstream mentent honteusement et nous font croire que tout va bien à la Réunion, incroyable. Comme d’habitude, en bons chiens de garde du système oligarchique, me direz- vous ! J’espère que nous réussirons à faire tomber Macron et à nous débarrasser de cette politique mortifère. Merci encore

    Réponse Signaler un abus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signez la pétition !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !