Select Page

Ils ont braqué Paris !

Ils ont braqué Paris !

La manifestation du 26 mai était novatrice. Les très diverses organisations qui y ont participé ont proposé des démarches sans précédents. Le Média revient sur cette événement qui fera date.

C’était un 26 mai pimenté. La marée populaire a réuni selon la CGT 250.000 manifestants dans toute la France. A Paris, ils étaient 80.000 selon la confédération syndicale, 31.700 selon le comptage d’Occurence pour un collectif controversé* de médias. Alors que le 5 Mai, la même agence comptait lors de la manifestation nationale, qui ne se déroulait que dans la capitale, 39.000 personnes, cette mobilisation est indéniablement une réussite pour les organisateurs. Rappelons que le 26 mai, des manifestations ont été organisé sur l’ensemble du pays.

Un cortège de tête aux allures du Grand Paris

« C’est nous on braque Paris. C’est nous l’grand paris » peut-on lire sur la banderole du cortège de tête. Référence à un album du rappeur Médine, ces mots symbolisent l’unité des quartiers populaires de la banlieue parisienne. Menée par des proches des victimes des violences policières et le comité justice pour Adama Traoré, cette tête de manifestation constitue peut-être l’aspect le plus insolite de l’événement. A l’appel du comité Adama, plusieurs groupes et collectifs ont décidé de se placer devant les cortèges syndicaux et politiques. L’objectif de cette démarche, selon l’appel du comité, est de placer les quartiers populaires au cœur des luttes sociales.

Les blacks blocs ont donc laissé place à des groupes généralement marginalisés en manifestation. De nombreux mouvements militants ont répondu à l’appel à l’image de l’action antifasciste Paris-banlieue ou le collectif afroféministe Mwasi qui écrit sur son Facebook « Une “convergence des luttes” véritable demande à ce que le mouvement social déplace son centre de gravité vers les plus exploité.e.s et les marges, à savoir les prolétaires issu.e.s de l’immigration africaine, les réfugié.e.s, les peuples du Sud qui payent très cher le confort dont nous bénéficions relativement ici. ».

Pour le collectif asiatique décolonial, « Il est vital que les quartiers populaires soient représentés, écoutés, visibilisés et soutenus dans les luttes. »

L’objectif est atteint. Le lendemain, dans un communiqué le comité Adama écrit que les « habitants des quartiers populaires, étudiants, cheminots, soignants, travailleurs ou chômeurs ont pu exister ensemble sur des bases égalitaires. »

Interrogé par Le Média dans la manifestation, Assa Traoré assure vouloir perpétuer cette démarche : « s’il faut faire d’autres manifestations, prendre d’autres cortèges de tête, faire des alliances si nécessaire » le comité Adama le fera.

Une convergence des organisations politiques et syndicales

L’autre nouveauté de la manifestation, c’est l’alliance politico-syndicale qui l’a initié. Aux côtés de la CGT, ont défilés les appareils politiques de la gauche du PS en tant que co-organisateurs. Une réussite, qu’Olivier Besancenot confirme au Média. Pour le responsable du NPA, il était temps de « réussir à faire cette alliance entre les organisations politiques et syndicales, reprendre les réflexes que le mouvement ouvrier avait il n’y a pas si longtemps, mais des réflexes perdu ». Ces réflexes, une partie de la gauche espère les avoir retrouvé.

Pour aller plus loin, retrouvez les reportages réalisés par Le Média :

*La CGT a publié un communiqué daté du lundi 28 mai, expliquant après observation de la méthode de comptage de la société occurrence plusieurs failles.

Photo : Marée populaire du 26 mai, à Paris

Crédits : Capture d’écran, live du Média sur YouTube

2 Comments

  1. Edouard Maire

    Par respect pour ceux qui vous lisent, soyez plus scrupuleux vis à vis de la grammaire. Faîtes vous relire si vous avez des doutes.

    Réponse Signaler un abus
  2. Pifpoche

    Bonne, excellente et rafraîchissante nouvelle de fond !…
    La révolution citoyenne est, petit à petit, même si cela est lent, déjà progressivement bien en marche… Les oligarques qui croient avoir déjà partie gagnée se fourrent le doigt dans l’oeuil jusqu’au coude !
    Leurs alliés médiatiques au service de la police et ses méthodes pour réduire la portée des manifestations aussi !
    Top, ces reportages et articles du MédiaTV !
    Merci, Rémi-Kenzo Pagès..
    Pierre Pif Poche.

    Réponse Signaler un abus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rendez-vous à 18h !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !