Select Page

Emmanuel Macron devrait annoncer un « plan pauvreté » à 8 milliards d’euros

Emmanuel Macron devrait annoncer un « plan pauvreté » à 8 milliards d’euros

Le président Macron doit dévoiler incessamment sous peu son « plan pauvreté » au Musée de l’Homme, place du Trocadero. Pour L’Obs, il s’agit d’un « décor grandiose pour une stratégie ambitieuse ». Nous verrons. Huit ministres devraient se situer à ses côtés et a priori huit milliards d’euros devront être mobilisés.

La « stratégie » du gouvernement serait d’aller vers les « jeunes ». Elle serait axée vers la prévention plutôt que vers la créations de nouveaux minima sociaux. Le président de la République entend mettre en place de nouvelles formes d’accompagnements sociaux destinés à ceux qui sont « privés de destin ». Une manière d’enclencher un virage à gauche. Dans l’entourage de l’exécutif, on parle de « rendre les individus résilients face aux risques de pauvreté en les dotant de capital culturel, social et économique ». Une terminologie très bourdieusienne…

Cela doit commencer dès la crèche

Le souci actuel des crèches qui peut toucher les classes défavorisées vient du fait que l’accès favorise les ménages au sein desquels les deux parents travaillent. Si un des parents est sans emploi, la crèche n’admet généralement pas l’enfant. Afin de répondre à ce problème, le gouvernement prévoit de créer 30 000 places supplémentaires. A cela s’ajoutera un bonus financier pour les crèches accueillants des enfants défavorisés. Un mécanisme devrait également être élaboré pour permettre aux familles en difficulté de ne plus avoir à avancer les frais d’inscription.

L’autre « innovation » prévue pour la crèche concerne l’apprentissage du langage. Les enfants qui partent avec un retard de vocabulaire et de compréhension sont plus sujets aux échecs scolaires. Aussi le plan prévoit que la crèche puisse prévenir ce type de retards. Un référentiel pédagogique indiquant les objectifs à atteindre sera mis sur pied et 600 000 professionnels de la petite enfance devraient recevoir une formation.

Prévenir la sous-alimentation

Un des autres problèmes auxquels peuvent être soumis les enfants issus des classes populaires, la sous-alimentation. Plusieurs études depuis les années 1960 ont démontré que l’alimentation avait une influence sur le développement physique et cognitif des enfants et des adolescents. Dans un premier temps, le gouvernement prévoit un « système à la carte » de façon à donner aux collectivités locales les moyens d’organiser des petits-déjeuners. Les modalités seront à définir avec les différentes écoles.

Le plan pauvreté voudrait également généraliser la tarification sociale des cantines. Déjà appliqué dans les grandes villes, l’idée serait que les villes de moins de 10 000 habitants puissent ce le permettre aussi. Elles ne sont actuellement que 60 % à y parvenir grâce au fond social mis en place par Najat Vallaud-Belkacem. Jugée trop coûteuse, la gratuité des cantines à été écartée.

Formation obligatoire jusqu’à 18 ans

Dans le but de lutter contre le décrochage scolaire et les quelques 20 000 jeunes qui finissent « perdus de vue », une formation obligatoire sera mise en place de 16 à 18 ans. Les missions locales se verront ainsi chargées de convoquées ces jeunes pour leur faire des propositions de formations.

Pour les jeunes de l’Aide à l’enfance, qui sont relâchés dès leurs 18 ans, le plan prévoit que l’aide puisse être prolongée jusqu’à leurs 21 ans, dans le cas où il se retrouveraient sans emploi ni formation.

Pour aider à (re)trouver un emploi

Le plan pauvreté se veut « ambitieux » avec un accompagnement global pour les bénéficiaires du RSA. Cela pourra faire l’objet d’un double dispositif. Le premier avec Pôle Emploi, où l’accompagnement se ferait avec un travailleur social. Le second par appel à projet des départements.

A côté de cela, le gouvernement entend créer cinquante nouveaux territoire « zéro chômeur », étendre la garantie jeune (500 000 devraient en bénéficier d’ici 2022), étendre la couverture maladie universelle complémentaire, la fusion de cette dernière avec l’Aide complémentaire santé. 30 euros par mois seront offerts aux plus modestes pour les familles dont les revenus sont à la fois trop élevés pour accéder à la CMU-C et trop faibles pour souscrire à une mutuelle.

Le gouvernement réfléchirait à fusionner le RSA, les APL et la prime d’activité. Pour aider les ayants-droit qui ne font pas les démarches, le RSA pourrait aussi être versé automatiquement

Légende : Edouard Philippe en Conseil des ministres

Crédits : Capture d’écran/CNews

4 Comments

  1. Rémi973

    orthographe :
    de moins de 10 000 habitants puissent ce le permettre aussi.
    ==> de moins de 10 000 habitants puissent SE le permettre aussi.

    Réponse Signaler un abus
    • Domi34

      Même paragraphe.
      « Déjà appliquéE  » (la tarification)
      « la gratuité des cantines A été… » (pas d’accent)

      Réponse Signaler un abus
  2. Méc-créant

    Est-ce qu’assurer la CMUC à tous les faibles revenus –au-dessous du SMIC– ne lui permettrait pas, à peu de frais, de démontrer son infinie bonté à l’égard des gens de rien en ancrant définitivement la hauteur de sa grandissime pensée jupitérienne, républicaine et visionnaire?

    Réponse Signaler un abus
  3. yahiacirta

    De la pure communication :
    – 1 h 20 de discours alambiqué et surjoué
    – 4 milliards redéployés (pas de dépenses nouvelles)
    – 4 milliards dont ne dit pas comment alimenter les caisses vides

    Et si on mettait en face les milliards généreusement attribués aux plus riches ?

    Réponse Signaler un abus

Trackbacks/Pingbacks

  1. Henri Sterdyniak : "Parler de revenu universel d'activité est un scandale" | Le Média - […] Henri Sterdyniak est un économiste membre des Economistes atterrés et de l’OFCE. Le Média s’est entretenu avec lui au…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !