À la porte de la Chapelle, la solidarité ne suffit plus

Plusieurs fois évacué, le camp d’exilés de la porte de la Chapelle n’a jamais été aussi fréquenté qu’en ce début d’avril. Les associations sont à bout, disent ne plus pouvoir suppléer l’État et se mettront en grève le 9 avril. Le Média a suivi les bénévoles qui se mobilisent chaque jour pour distribuer des repas chauds à des centaines de personnes en détresse.