Select Page

À qui profite la tragédie de Calais ?

À qui profite la tragédie de Calais ?

Le drame de Calais ne fait pas que des perdants – les réfugiés dont la dignité humaine et les droits les plus élémentaires sont bafoués quotidiennement, les contribuables français et britanniques, ou encore l’économie locale ; certains tirent bel et bien avantage de la situation…

La semaine dernière, Londres a annoncé l’ajout de 50 millions d’euros pour contribuer à la sécurité de la frontière commune de Calais. Histoire de compenser le maintien des accords du Touquet, en vigueur depuis 2004 et qui ont établi la frontière britannique sur la côte française.

Et ces investissements sécuritaires profitent, sans surprise, à des entreprises de sécurité privée. Quarante, d’après le collectif Calais Research Network, dont Vinci et Thales. Une filiale du premier, Sogea, a été chargée du démantèlement de la « jungle » en 2016. Une autre, Eurovia, a construit le mur de quatre mètres de haut, le long de la rocade de Calais. Coût : 2,7 millions d’euros. Thales n’est pas en reste. Dans la zone portuaire, c’est lui qui a installé un dispositif de surveillance pour sécuriser le périmètre (caméras, portiques etc.).

En 2016, Eamus Cork Solutions, une entreprise montée en 2004 dont la spécialité est la sécurité portuaire, a apporté son expertise dans « la fouille des véhicules et des personnes, la détention ou les escortes ». Le montant de l’appel d’offre lancé par le Ministère de l’intérieur britannique : 80 millions de livres.

Lire l’article sur Bastamag.
Photo : Malachy Brown CC via flickr

Laisser un commentaire

Devenez Socio

Restez connectés au Média

Les Tweets du Média

Les dernières émissions du Média

Loading...

Ne manquez pas les nouveaux articles du Média

Suivez l'actu d'une presse libre et indépendante des puissances financières

Merci d'avoir souscrit à notre newsletter !

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !