Réforme du RSA : à quoi devront s’attendre les bénéficiaires de cette aide ?

La réforme du RSA a fait beaucoup de bruit récemment. En effet, la décision du gouvernement ne fait pas l’unanimité. On va faire le point sur les multitudes de changements.

Réforme du RSA : les changements à prévoir

Pour mémoire, le Revenu de Solidarité Active vise à soutenir financièrement les sans-emploi de 25 ans minimum. Son montant varie en fonction de la situation familiale du bénéficiaire ainsi que de sa composition. En effet, il est de 607,75 euros à 1337,05 euros pour les personnes seules avec 0 à 3 enfants à charge. Pour un couple, le montant est de 911,62 euros et 1 519,17 euros.

Les bénéficiaires du Revenu de solidarité Active vont observer quelques changements prochainement. Par ailleurs, le RSA ne sera pas le seul concerné. La refonte touche également la prime d’activité et la prime de Noël qui intervient pour soutenir les Français face à l’inflation galopante.

Dans ce sens, dans les prochains jours, les bénéficiaires doivent exercer de 15 à 25 heures de formation ou avoir un permis de conduire pour pouvoir continuer à toucher cette aide majeure. Cela leur permet de faciliter leur intégration dans le milieu professionnel. En effet, cette décision fait partie de la promesse d’Emmanuel Macron pour inciter les bénéficiaires du RSA à trouver du travail. Et également pour mieux les accompagnés.

Une décision qui ne fait pas unanimité

La réforme du RSA a fait beaucoup de bruit récemment. Certains estiment également qu’il pourrait entraîner un recul dans le monde du travail. Surtout qu’en cas de non-respect de cette nouvelle réglementation, ils seront pénalisés avec la suspension temporaire du RSA. En clair, les sanctions seront plus progressives et efficaces. Par ailleurs, si le bénéficiaire reprend son parcours d’insertion, il touchera l’aide comme avant, sans aucun changement.

La Cour des comptes ne voit pas d’un très bon œil cette mesure. Apparemment, la moitié des bénéficiaires du RSA ne disposent pas de contrat de réciprocité. Elle estime également que les sanctions sont très faibles et inefficaces.

De leur côté, les bénéficiaires ont également exprimé leur inquiétude face à cette réforme du RSA. Ils ont peur de l’impact de cette décision à long terme.