Select Page

Alexandre Langlois (VIGI-MI) demande la démission de Christophe Castaner

Alexandre Langlois (VIGI-MI) demande la démission de Christophe Castaner

« Aussi bien dans l’intérêt des policiers que de la population, mais également pour la crédibilité du gouvernement, nous vous demandons de démettre Monsieur Christophe Castaner de ses fonctions de Ministre de l’Intérieur ». Le Média Presse publie la lettre ouverte adressée au Premier ministre, Édouard Philippe, par Alexandre Langlois, le secrétaire général du syndicat de policiers VIGI-MI.

 

Monsieur le Premier Ministre,

Vous avez fait le choix de démettre de ses fonctions Monsieur le Préfet de Police de Paris, Monsieur Michel Delpuech, pour sa mauvaise gestion du maintien de l’ordre sur le mouvement des Gilets Jaunes et de le remplacer par Monsieur Didier Lallement, préfet de Gironde.

Force est de constater que la gestion catastrophique du maintien de l’ordre sur le mouvement des Gilets Jaunes n’est pas spécifique à Paris, mais nationale, et que Bordeaux n’a pas eu de meilleurs résultats. Le responsable national est le Ministre de l’Intérieur, Monsieur Castaner.

Nous avons l’impression que ce choix est uniquement fait pour qu’un « fusible » saute en lieu et place du Ministre de l’Intérieur, Monsieur Castaner. Cela va à l’encontre des déclarations de Monsieur Macron, qui avait affirmé le 24 juillet 2018 que nous n’étions pas dans la « République des fusibles », lorsque ce même Préfet de Police, Monsieur Delpuech, avait refusé de servir de « fusible » dans l’affaire d’État Benalla – pour laquelle nous sommes partie civile -, en renvoyant la faute sur l’Élysée.

Au vu de sa gestion catastrophique du maintien de l’ordre sur le mouvement des Gilets Jaunes (plus de 3000 blessés et mutilés), nous constatons que Monsieur Castaner n’est pas à sa place. Nous accusons d’ailleurs des dysfonctionnements hiérarchiques graves depuis le début du mouvement. Ce n’est que cette semaine que Monsieur le secrétaire d’Etat Nuñez ouvre les yeux pour nous donner raison !

Mais l’œuvre de Monsieur Castaner est bien plus large et néfaste pour nous, policiers.

Depuis sa prise de fonction, 30 de nos collègues se sont suicidés : en moyenne, un tous les 5 jours. Depuis début 2019, le rythme s’accélère ; un tous les 4 jours. Nous avons fait des propositions pour lutter contre ce fléau : nous n’avons obtenu aucune réponse. Nous avons manifesté le 12 mars 2019 avec toutes les organisations de police voulant proposer des solutions : nous n’avons obtenu aucune réponse. Chez Orange ou Renault, les entreprises ont dû prendre des décisions pour mettre fin au massacre. Monsieur Castaner, lui, ne fait que compter les cadavres. C’est une honte dans une République qui se veut exemplaire.

Par ailleurs, Monsieur Castaner n’a pas réagi assez tôt au sujet des présomptions d’infractions pénales (agressions sexuelles, harcèlement, discrimination) à l’encontre du médecin inspecteur régional de la police dans le Grand Est, le docteur Frey. De plus, il m’a envoyé en conseil de discipline pour avoir, entre autres, dénoncé ces faits et pour éviter de répondre aux questions des journalistes de France Bleu. Il a déclaré que VIGI – Ministère de l’Intérieur n’était pas un syndicat, alors même que nous sommes la plus vieille organisation de la Police Nationale, nos racines remontant jusqu’en 1883 ! Il ajoute donc à ses erreurs la discrimination syndicale.

Monsieur Castaner a d’ailleurs validé le résultat des élections professionnelles au sein du Ministère de l’Intérieur, malgré les suspicions de fraudes massives qui ont pu fausser la sincérité du scrutin. Nous l’avons alerté. Aucune réponse, mais de la rétention d’information pour compliquer le dépôt de notre recours. Dans une République qui se veut exemplaire, cautionne-t-on le bourrage des urnes digne d’une république bananière ?

Enfin, quelle image Monsieur Castaner renvoie-t-il de la Police Nationale en allant s’amuser en boîte de nuit, alors qu’il supprime nos jours de repos, nos congés et nous fait travailler au-delà de la durée légale du travail ? Où est l’exemplarité ? De nombreux collègues sont condamnés pour leur comportement dans leur vie privée, sur le fondement de l’article R434-12 du Code de la Sécurité Intérieure, pour avoir porté atteinte au crédit et au renom de la Police Nationale. Le « premier flic de France » est-il soumis au même code de déontologie que ses subordonnés, ou sommes-nous dans la République des passe-droits ?

Pour toutes ces raisons factuelles, aussi bien dans l’intérêt des policiers que de la population, mais également pour la crédibilité du gouvernement, nous vous demandons de démettre Monsieur Christophe Castaner de ses fonctions de Ministre de l’Intérieur.

En l’attente d’une réponse de votre part, je vous prie de croire, Monsieur le Premier Ministre, à l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Alexandre Langlois

 

Crédits photo de Une : Clément Vaillant – Flickr.

3 Comments

  1. Pif_Hercule

    Merci beaucoup et bravo pour cette initiative courageuse et lucide pour l’intérêt commun du syndicat VIGI-MI et de Alexandre Langlois.

    Réponse Signaler un abus
  2. DRON Jean François

    Bravo. je soutiens totalement cette intervention.castaner n’est pas un ministre c’est un chef de gang.

    Réponse Signaler un abus
  3. Ainuage

    Bravo à mr Langlois, homme courageux, lucide, positif. C’est un citoyen Français de qualité, qui, porte-parole de VIGI, agit dans l’intérêt collectif plutôt que (directement ou indirectement) pour son intérêt catégoriel.

    Dieu fasse qu’il n’en paie pas les conséquences, tant il est vrai que le pouvoir actuel est dans un affolement mafieux (la mafia se caractérise par le règlement systématiquement brutal des problèmes : pas de temps à perdre à réfléchir et à discuter; le plus rapide est de cogner).

    L’ancien PDG d’Orange, Didier Lombard, était de la même trempe que Macron : technocrate polytechnicien (ingénieur). Le tropisme technocratique, en matière de changement, consistant en trois points :
    1- fixer des objectifs à partir d’une représentation de pure imagination de la réalité (la représentation qui arrange)(« ce que j’imagine « est » la réalité, je ne peux pas me tromper puisque je suis ingénieur polytechnicien »).
    2- atteindre à tout prix les objectifs, alors même que la réalité concrète s’avère très différente de ce qui avait été imaginé (cette réalité n’est pas conforme aux attentes, aux prévisions : elle résiste).
    3- utiliser la manière forte pour faire plier, vite, cette réalité qui se montre différente de ce qui avait été imaginé (« je dois prouver, à mes commanditaires, que mes objectifs étaient justes puisque je suis intelligent »).

    Résultat : chez France télécom, plus de 70 suicides (Pertes et Profits : les objectifs sont atteints même si les impacts sont catastrophiques)

    Macron est le technocrate PDG de la France.
    Castaner (bien que n’étant pas du sérail) est le parvenu technocrate « maison », PDG de la Police.
    La synergie (comme ils disent) est forte entre eux.

    NB : attention aux ruses de la technocratie, technocratie qui emprunte – sans vraiment comprendre – à la psychologie (la psychologie étant perçue par eux comme LA science de l’homme). Dans les entreprises, les « nouveaux ingénieurs avant-gardistes » se réfèrent de plus en plus à la notion d’intelligence « émotionnelle », nouvelle mode introduite par des consultants qui se croient géniaux. Autant dire que la technocratie de l’émotion va s’ajouter à la technocratie de la raison … avec les mêmes conséquences néfastes, sinon pires !!! Pauvre France !

    Réponse Signaler un abus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signez la pétition !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !