Select Page

Lettre d’un socio au médiateur de Radio France

Lettre d’un socio au médiateur de Radio France

Indigné par la chronique « Droit de suite », diffusée dans le journal de 19h du 19 mai 2018 sur France Inter, un de nos socios a décidé de réagir en rédigeant une lettre au médiateur de France Radio.

Bonjour Monsieur,

Je souhaite réagir suite au sujet sur Le Média traité lors du journal de 13h le 19 mai 2018 sur France inter. Je vais être long car il est question de nombreux mensonges et affirmations gratuites dans une séquence de 7 minutes dans ce journal.

La télé de Mélenchon ?

Le Média fondé par des proches de Jean-Luc Mélenchon a fait l’objet d’une haine de la part du monde médiatique dès sa création alors que la coutume veut que l’apparition d’un nouveau média soit accueillie avec curiosité bienveillante ou à défaut avec un message de bienvenue poli ce qui n’interdit pas d’exprimer des réserves en raison du caractère des fondateurs ou de l’objet de ce nouveau média. Au moins lui laisser sa chance aurait été une marque significative démontrant que la liberté de la presse (des médias d’une manière générale) n’est pas un vain mot en France. Mais pour Le Média il n’en a été question à aucun moment, nulle part. Dès l’annonce de sa création toute la profession a fait feu contre lui sous prétexte que ses fondateurs sont des proches d’un leader de l’opposition et ce quand bien même ils ont assuré que Le Média ne sera pas “Télé Mélenchon” même si, par honnêteté et afin que le public connaisse son positionnement éditorial, il revendiquera un positionnement à gauche – gauche dont on ne peut pas dire que Jean-Luc Mélenchon en ait le monopole, sinon ce serait nier que le PS existe encore, ce serait nier le mouvement Génération.s de Benoît Hamon, le mouvement Démocratie et socialisme de Gérard Filoche. Ce serait nier le PCF, le NPA, Lutte ouvrière, ce serait nier l’existence d’associations altermondialistes comme ATTAC par exemple. Bref, ce serait donner une importance à Jean-Luc Mélenchon qu’il n’a pas. Pourtant c’est ce que font les médias français d’une manière générale en passant sous quasi silence les forces politiques de gauche autres que la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon disant de lui, je cite Christophe Barbier sur BFM TV le 12 septembre 2017, « il est une éponge, il est un ogre, il dévore et intègre à son combat tous les combats. » A propos des syndicats les plus à gauche il veut « leur faire le baiser qui étouffe, le baiser qui tue, vampiriser ce que ces mouvements peuvent avoir de sève encore vivace pour porter une colère populaire ». Bref son action serait une « tentative de colonisation de tous les territoires possibles »… Mazette, tout ça pour un seul homme contre des milliers d’autres ! Plus fort que Jupiter ! Et les autres médias reprennent en coeur le même fantasme faisant de Mélenchon le dieu de la Gauche.

Ainsi, la proximité de fondateurs d’un média avec des personnalités politiques légitimerait-elle cette attaque tous azimuts de la part du monde libre des médias français contre Le Média ? Il faut croire que non puisque le journal L’Ebdo a été fondé notamment par Thierry Mandon qui fût membre du gouvernement sous François Hollande et aujourd’hui proche de Benoît Hamon. Ce journal a été accueilli avec enthousiasme par la corporation qui a accepté l’idée que ce journal sera « un média non partisan » malgré ses proximités politiques. Le magazine Vraiment fondé par des acteurs de la campagne électorale d’Emmanuel Macron a été également accueilli très favorablement par la corporation en acceptant là encore l’idée que ce magazine ne sera pas partisan malgré ses proximités politiques. Il n’y a donc que Le Média qui ferait exception à la règle, la proximité politique de ses fondateurs avec Jean-Luc Mélenchon devenant subitement intolérable pour la corporation. Pourquoi ? Serait-ce parce que cette proximité est celle de l’opposition à Emmanuel Macron qui se fait le mieux entendre ?

J’évoque tout cela en préalable parce qu’étant un soutien du Média (je suis socio) je n’accepte pas cet acharnement contre ce média de la part du monde médiatique et de France-Inter encore une fois dans ce journal de 13h du 19 mai. Pourquoi le monde médiatique veut-il sa mort ? Pousse-t-il au crime ? Divise-t-il les citoyens ? Fait-il preuve de racisme, de xénophobie, d’antisémitisme, de sexisme, d’homophobie ? Pousse-t-il à la marginalisation d’une catégorie de citoyens en provoquant un communautarisme mortifère ? Non, rien de tout cela d’autant moins qu’il prétend lutter contre tout cela en apportant une information qui pointe systématiquement ces défauts de la société dès qu’ils se font jour. Il en a fait la preuve en invitant sur son plateau des acteurs des luttes contre le racisme, la xénophobie, le sexisme, etc. Les documentaires que diffuse Le Média les week-ends visent à pousser à l’altérité, la fraternité, la solidarité. Il pousse à l’empathie. Où sont la violence et la haine dans Le Média ? Où France inter la voit-elle ? Des preuves ? Des citations complètes non sorties de leur contexte ? Il n’y en a pas. Il n’y a que des affirmations non fondées et des contre-vérités, j’y reviendrai. Serait-ce alors en raison de son opposition au modèle libéral actuel ? Serait-il un hérétique digne du bûcher comme au Moyen-âge ? Le libéralisme serait-il une religion contre laquelle il serait interdit de s’opposer sous peine de mort pour blasphème ? La limite de la liberté de la presse et des médias serait-elle ce blasphème ? Le Média outrepasserait-il sa liberté par ce blasphème ? La religion libérale renfermerait-elle de façon indissociable la liberté de la presse et des médias en édictant des règles restrictives qui s’imposeraient à tous et qui ne représenteraient en rien une atteinte à la liberté parce cette liberté se résumerait exclusivement aux commandements de cette religion ? Attaquer cette religion constituerait-il alors une volonté condamnable d’atteinte à la liberté de la presse ? Il faut croire que oui : remettre en cause la tutelle des médias à l’égard des pouvoirs politiques et financiers en la considérant omniprésente constituerait donc ce blasphème impardonnable qui légitimerait la mise à mort du Média.

Une attaque odieuse

France inter s’est donc une nouvelle fois attelée à cette tâche ce 19 mai dans le journal de 13h dans sa séquence Droit de suite. En tant que socio du Média je souhaite répondre à cette attaque odieuse.

Le reportage d’Alexandra Ackoun commence fort en contre-vérité sur Le Média. Elle évoque des « polémiques qui ont suivi sa naissance : limogeage de sa rédactrice en chef (Aude Rossigneux) » : faux. Il ne s’agit pas d’un limogeage, elle est partie d’elle-même. Aude Rossigneux ne voulait pas respecter le calendrier, ni passer à une présentation tournante du 20h comme c’était prévu puis elle a refusé la proposition qui lui avait été faite de piloter un thème (la santé sous son aspect social et politique tel qu’elle l’avait elle-même demandé) de la même manière que les autres journalistes ont accepté et respecté cette proposition pour eux-mêmes car convenue dès la signature de leurs contrats, chacun ayant sa spécialité. Quand, lors de cette polémique il lui a été opposé cette proposition elle a rétorqué qu’elle considérait que cela correspondait à une « mise au placard ». Beau et spacieux placard avec vue sur la mer car comment expliquer alors que quatre mois après le lancement du Média le sérieux des sujets traités par chacun de ces journalistes spécialisés entraîne une audience et une attente très forte de la part des téléspectateurs ? Un placard qui apporte le moyen de montrer son talent de journaliste à un large public ce n’est pas un placard, c’est une chance que beaucoup de pigistes aimeraient avoir. Aude Rossigneux l’a refusée et a préféré partir à l’issue de sa période d’essai. Voilà les faits vérifiables sur les vidéos de points d’étape du Média. Mais Alexandra Ackoun a choisi de mentir essentiellement par omission pour laisser croire à la brutalité de l’équipe dirigeante du « Média ». Brutalité de nouveau évoquée plus tard par Alexis Lévrier sans davantage d’arguments et en faisant comme si évincer quelqu’un était la même chose que laisser partir quelqu’un qui n’accepte plus son contrat initial.

Toujours sur les polémiques, la « Position sur la Syrie » du Média : … et donc ? Quelle position ? De quoi parle-t-elle ? Que veut-elle suggérer ? Compte tenu du fait qu’il est question d’une polémique il serait utile de préciser. Le Média serait-il une succursale du pouvoir dictatorial de Bachar al Assad ? Est-ce cela qu’elle voulait suggérer ? Non bien sûr car il faut avoir suivi cet épisode pour comprendre ce qui avait posé problème. Mais, balancer ça comme ça, comme une bouse de vache sans explication c’est mieux, ça salit bien comme il faut. Alors, en réalité il ne s’agissait pas d’une position politique sur la Syrie mais une position sur la façon de traiter l’information sur la Syrie en France qui a été remise en cause par Claude El Khal. La question pour lui était de savoir s’il fallait diffuser des images de la Ghouta ou non. Claude El Khal avait choisi de ne pas le faire en arguant du fait que les images sont invérifiables et qu’il règne dans la région des propagandes de toutes parts : atlantiste d’un côté et russe de l’autre, de sorte que ce n’est pas par l’image envoyée par des personnes dont on ignore tout qu’on peut être informé de façon certaine dans cette région. Cette position peut-être discutable mais c’est celle d’un journaliste qui ne veut pas prendre le risque de montrer des images qui ne correspondent pas à la réalité pour leur faire dire des mensonges. On a déjà connu ça par le passé à plusieurs reprises pour justifier des interventions militaires qui se sont avérées injustifiées plus tard avec des milliers de morts civils pour conséquences. Où est le problème pour Alexandra Ackoun ? Elle ne nous l’explique pas, n’argumente pas. Elle se contente d’un « position sur la Syrie » qui veut tout et rien dire. Mais du moment que ça salit Le Média c’est ce qu’il faut.

Ensuite on a le droit à la version d’Aude Rossigneux sur les motivations des personnes qui ont quitté Le Média : « Pas assez soumis à la France Insoumise, on s’est fait avoir, je suis assez d’accord ». Pourtant le contrat était clair et confirmé dans l’émission On n’est pas couché par les deux cofondateurs : à la question « Est-ce un média anti-Macron » la réponse a été on ne peut plus nette de la part de Sophia Chikirou : « oui et on l’assume complètement ». Alors bien sûr, les personnes qu’on entend le plus à gauche pour contester Macron c’est la France insoumise. Mais est-elle la seule ? Non. Le PCF, Le NPA, Lutte ouvrière, Génération.s, Démocratie et Socialisme le font aussi. Pourquoi les médias ne les mettent pas en avant plus qu’ils ne le font ? Rien ne justifie cette mise en sourdine. Cette omniprésence de la FI est le fait des médias eux-mêmes. Ainsi lorsqu’il est question de s’opposer à Macron, le public pense instantanément Mélenchon et France insoumise. Or, il se trouve que Le Média équilibre peut-être mieux que les autres cette exposition des personnalités politiques qui condamnent la politique de Macron à gauche.

Alexis Lévrier, historien contre Le Média

Ensuite intervient Alexis Lévrier, historien des médias. Il passe un peu de pommade sur la forme et le modèle économique du Média mais cette pommade est noyée dans un florilège de contre-vérités ou d’affirmations gratuites et assassines, faisant passer Le Média pour une entreprise de propagande n’hésitant pas à mentir pour servir un mouvement politique, la France insoumise en l’occurrence, et qui serait même moins libre que les journaux tel que Le Figaro qui, s’il affiche clairement son positionnement politique à droite, ne serait soumis à aucun parti contrairement au Média.

Ainsi donc pour lui : « C’est un média de propagande au service de la France Insoumise, il y a des liens directs avec la FI ». Quels sont ces liens directs ? Jean-Luc Mélenchon en personne donnerait-il des ordres, ou peut-être un député de la FI ? Des preuves ? Des noms ? Sophia Chikirou et Gérard Miller ? Apparemment non sinon Alexis Lévrier les aurait rappelés. Qui alors ? Voilà une affirmation gratuite sans aucun argument. Du vide mais ce n’est pas grave, du moment que ça salit, c’est bien.

On ne va pas s’arrêter en si bon chemin. A propos de fausses informations, Alexis Lévrier affirme quelque chose de grave : « La fake news sur Tolbiac relayée pendant une semaine dans tous les journaux du Média sans aucun contrôle sans aucun recul » : une contre-vérité très grave car elle suggère le mensonge persistant presque l’endoctrinement. C’est donc faux. En effet, au 20h du Média du vendredi soir le témoignage d’une étudiante évoquant un élève dans le coma lors de l’évacuation de l’université de Tolbiac était diffusé. Ce témoignage était affirmatif, il accusait les forces de l’ordre et contredisait le rapport de la Préfecture de Police de Paris. Cependant, la nouvelle de ces incidents de Tolbiac a été évoquée au conditionnel par les journalistes du Média. Le lendemain matin, un article dans Le Média Presse parlait de façon affirmative d’un élève dans le coma avec les mêmes accusations et s’appuyant sur le témoignage d’une autre étudiante. Il s’en est immédiatement suivi sur le réseau des socios du Média une contre-information parlant de fausse nouvelle (fake news). L’article a été alors immédiatement retiré et dès le lundi soir (il n’y a pas de journal le week-end) Le Média faisait un correctif dans son 20h en s’excusant pour son erreur et rappelait qu’il fallait s’en tenir au rapport de la Préfecture de Police de Paris(1). Je n’ai jamais vu un autre média faire cela sauf à y avoir été contraint par décision judiciaire. La fake news est restée moins d’une demi-journée sur Le Média Presse et n’a jamais été affirmée par aucun 20h du Média. Ce qu’affirme Alexis Lévrier est une fake news de nature à mettre en cause la crédibilité du Média.

Mais rien ne l’arrête pour salir encore davantage. Il poursuit dans les mensonges : « Aude Lancelin est venu dans le journal du Média et a critiqué le rapport de RSF sur la liberté de la presse. Il y a une véritable haine du journalisme, une haine des médias et j’espère qu’ils vont clarifier ce discours. Il faut critiquer les médias, les détester c’est autre chose » : là, c’est de la diffamation. A quel moment Aude Lancelin a-t-elle eu un propos haineux à l’encontre du journalisme ou des journalistes dans son intervention ? Alexis Lévrier s’est probablement contenté de reprendre ce qui a été stupidement dit ailleurs dans son entourage de relations professionnelles sans vérifier. Pourtant la vidéo de cette intervention est en ligne et le texte de cette intervention également.

Alexis Lévrier, qui n’est plus à un mensonge près, enfonce le clou en conclusion : « Contrairement à ce que disent les fondateurs du Média, rechercher la vérité ça doit-être la forme privilégiée par les journalistes. » Quand les fondateurs du Média ont-ils dit le contraire ? Des sources ? Des citations ? Non car ils n’ont jamais dit le contraire.

D’ailleurs cette conclusion est la bienvenue et je la fais mienne à l’adresse d’Alexis Lévrier, d’Alexandra Ackoun et de France-Inter : Apprenez que rechercher la vérité ça doit-être la forme privilégiée par les journalistes contrairement à ce qui a été fait dans ce droit de suite qui n’est qu’une banderille supplémentaire dans le dos du Média. A quand l’estocade ? Et France-Inter ose parler de liberté de la presse…

Merci, Monsieur, de m’avoir lu. En espérant que cela contribue à ce que Radio France, à laquelle je participe par mes impôts, cesse ce lynchage odieux contre Le Média. Je ne demande pas qu’elle l’encense mais qu’elle le laisse au moins en paix.

Cordialement,

Jean-Marc Fiorese

(1) En réalité l’article a été mis en ligne le vendredi après-midi et supprimé le jour même, en début de soirée.

Photo : Journal de 13h du samedi 19 mai 2018

Crédits : Capture d’écran

 

3 Comments

  1. On doit pouvoir décompter le temps que Jean-Luc Mélenchon et autres membres de FI ont passé sur LemediaTV. Je regarde beaucoup ce dernier et je les ai pas souvent vus. Par contre, ils sont reçus abondamment sur les médias des milliardaires mais jamais pour leur laisser le loisir de parler de leurs propositions (ça va un peu, un tout petit peu mieux actuellement). Ils sont attaqués continuellement par de véritables avocats du lbéralisme.
    On fait le décompte de temps ?

    Réponse Signaler un abus
  2. Merci à ce socio pour cette remise en place. Je ne sais pas si j’ai loupé quelque chose mais cette haine contre Mélenchon et tout ce qui s’y apparente, c’est hallucinant. Les gens (journalistes&animateurs d’émissions) ne se voient pas ou ne s’entendent pas mais on dirait qu’ils ont un compte personnel à régler!

    Réponse Signaler un abus
  3. J’espère que le médiateur donnera et publiera sa réponse, qui bien-entendu sera reprise sur Radio France…et autre bfm

    Réponse Signaler un abus

Laisser un commentaire

Devenez Socio

Restez connectés au Média

Les Tweets du Média

Les dernières émissions du Média

Loading...

Ne manquez pas les nouveaux articles du Média

Suivez l'actu d'une presse libre et indépendante des puissances financières

Merci d'avoir souscrit à notre newsletter !

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !