Select Page

Togo : La communauté internationale s’en mêle

Togo : La communauté internationale s’en mêle

L’ONU, l’Union Européenne et les ambassades d’Allemagne, de France et des Etats-Unis ont enjoint le pouvoir et l’opposition à engager le dialogue à propos des réformes constitutionnelles et électorales.

Cela fait désormais six mois que la crise dure. Et les premiers débats supervisés par Nana Akufo-Addo, président du Ghana, furent interrompus dès la seconde séance. Au centre des tensions, le désir de l’oppositiion d’en revenir à la Constitution de 1992, impliquant une limitation à deux le nombre de mandats présidentiels. Il faut savoir que Faure Gnassingbé en est aujourd’hui à son 3ème mandat, après avoir été réélu en 2010 et en 2015. Les scrutins s’étaient déjà heurtés à des contestations émanant de l’opposition.

Par conséquent, l’enjeu évident se trouve être la prochaine élection présidentielle de 2020, durant lesquelles Gnassingbé tentera de briguer un 4ème mandat. Devant les difficultés rencontrées par le président ghanéen pour modérer les débats, la communauté internationale appellent les deux camps à trouver un accord « dans un cadre démocratique renouvelé ». Espérons qu’il ne soit pas question d’une démocratie analogue à celle qu’elle avait contribué à instaurer en Côte d’Ivoire…

Pendant ce temps, les marches populaires appelant à la démission du président togolais, interrompues le temps des dialogues, menacent déjà de reprendre.

Crédits (cc)Great East Japan Earthquake / Wikimedia Commons

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rendez-vous à 18h !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !