Select Page

Mario Abdo Benitez élu président du Paraguay

Mario Abdo Benitez élu président du Paraguay

Mario Abdo Benitez, le leader du Parti Colorado, a été élu président du Paraguay en obtenant 46,49% des voix. Face à lui Efrain Alegre (coalition cente-gauche) perd avec 42,72% des suffrages exprimés.

De l’avis de certains, il aurait surmonté les fantômes du passé. D’autres seraient tentés de penser qu’il pourrait les faire resurgir. La dernière élection présidentielle paraguayenne aura finalement mené le fils de l’ancien bras droit d’Alfredo Stroessner, qui avait gouverné de manière autoritaire le Paraguay de 1954 à 1989. Il refuse cependant d’être assimilé aux “années de plombs”. Ainsi déclare-t-il être : « un démocrate, respectueux des institutions » pour ensuite proposer de « panser les blessures du passé pour affronter les défis de l’avenir ». 

Il a également pris le soin de condamner les violations des droits de l’homme, les tortures et les persécutions commises sous la dictature. Il aurait toutefois ajouté que cette période a également permis des avancées majeures… Il fait notamment référence au développement de l’hydroélectricité.

Plus de justice et moins de corruption

Après avoir fait des études aux Etats-Unis, il est ensuite devenu vice-président du Parti Colorado puis président du Sénat de 2015 à 2016. Représentant l’aile droite, la plus conservatrice de son parti, il doit sa candidature à sa victoire obtenue lors des primaires organisées en décembre 2017. Il y avait battu le président sortant Horacio Cartes. Il serait par ailleurs soutenu par l’Eglise catholique, très puissante au Paraguay.

Parmi ses promesses de campagne figurent la réforme de la justice et le renforcement de la lutte contre la corruption. Il a aussi promis de maintenir les politiques économiques libérales débouchant sur un taux de croissance de 4%. Une économie qui repose essentiellement sur des impôts très bas et une main d’oeuvre peu coûteuse, dans le but d’attirer les investisseurs voisins. La contrepartie de ce modèle est qu’un tiers de la population vie dans une situation d’extrême pauvreté.

D’autre part, rien n’a été dit concernant l’impunité des anciens criminels de la dictature, parmi lesquels beaucoup auraient obtenu de considérables fortunes, notamment grâce à la possession illicite de plusieurs hectares de terres agricoles. Selon le portail catholique suisse, près de 8 millions d’hectares auraient été octroyés de façon illégale, en violant la loi agraire, à des affidés du régime durant la dictature.

Les paysans revendiquant leurs droits légitimes sur ces terres seraient durement réprimés. Le portail catholique suisse, toujours, prend pour exemple le cas de Curuguaty. Il s’agit d’une commune située à l’Est d’Asunción. C’est à cet endroit que des affrontements ont eu lieu entre paysans en lutte et forces de l’ordre. Ceux-ci ont fait onze morts parmi ces même paysans et six parmi les policiers. Au total, 130 leaders paysans aurait été assassinés depuis la fin de la dictature en 1989.

Crédit : Flickr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rendez-vous à 18h !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !