L’Algérie de Bouteflika

L’Algérie de Bouteflika

La semaine dernière, le Front de libération national (FLN) a unanimement appelé à un cinquième mandat, d’Abdelaziz Bouteflika, en 2019. Surprenant, tant la santé physique du président inquiète et laisse planer le doute sur sa capacité à gouverner le plus grand pays d’Afrique.

Le 9 avril dernier, l’Algérie a connu un moment exceptionnel. Le première sortie public, en 2018, du président algérien, Abdelaziz Bouteflika. Faisant face à une foule en délire, bloquée par des barrière et éloigné du président de plus d’une centaine de mètre, le président algérien a inauguré deux nouvelles stations de métro et visité la grande mosquée d’Alger, projet monstre de plus de 2 milliards de dollars.

Mais cette sortie à surtout permis de se rendre compte qu’Abdelaziz Bouteflika était très lourdement handicapé et qu’il est vraiment difficile pour lui de s’exprimer et d’effectuer les plus petits gestes, tel que tirer la corde qui dévoile le panneau d’inauguration de la nouvelle mosquée d’Alger. Une paralysie survenue en 2013 depuis son premier AVC. Déjà, lors de la précédente élection, durant la campagne présidentiel, il n’avait ni fait d’apparition en public, si ce n’est pour voter, ni ne s’était exprimé publiquement.

Pour Mohamed Benchicou, journaliste algérien et auteur de « Le mystère Bouteflika », difficile de savoir qui gouverne réellement « On ne sait pas. Ce qui est sûr, c’est que son frère cadet, Saïd Bouteflika, joue un rôle déterminant, mais je ne saurais vous dire lequel exactement. Il y a des ombres derrière Bouteflika dont on ne connait pas les noms. »

20 ans de règne

Depuis 1999, Abdelaziz Bouteflika est au sommet du pouvoir. 4 mandats présidentiels. A titre de comparaison, la France pendant ce temps là voyait défiler Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, François Hollande et aujourd’hui Emmanuel Macron. Sans compter que l’actuel président algérien était du premier gouvernement en 1962, après l’indépendance, en tant que ministre de la Jeunesse, des Sports puis ministre des Affaires étrangères de 1963 à 1979. Pour pouvoir faire successivement 4 mandats, et surement un 5ème, le président algérien a modifié la Constitution en 2008 afin de supprimer la loi qui bloquait le nombre de mandat présidentiel à deux, puis en 2016 il a rétabli l’article de loi. Juste pour être sûr d’être le seul homme politique à avoir autant gouverné.

Ce qui est étrange, c’est le silence de la communauté international. Pourtant, pour Mohamed Benchicou, Abdelaziz Bouteflika est comparable à Robert Mugabé et Bachar al-Assad en terme de concentration des pouvoirs. « Si on regarde les critères occidentaux, sur ce qu’est un dictateur, Bouteflika remplit toutes les cases. Il est le seul à décider pour tout, il n’admet aucune contestation, il ne laisse aucune liberté d’expression. Pourtant ces même occidentaux sont silencieux quand il s’agit de l’Algérie et de Bouteflika », s’inquiète-t-il. « Ce silence est intéressé, car Bouteflika est malléable du moment que les états occidentaux assurent sa réélection. C’est ce qui lui a permis d’ailleurs de prendre le pas sur l’armée en terme de pouvoir. »

Pour exemple, en 2011, lors du début des fameux Printemps arabes, l’Algérie aussi connait un début de soulèvement d’une partie de la population, qui n’hésite pas à scander : « Bouteflika dégage ! ». Mais par la répression et l’achat de la paix sociale, en baissant notamment le prix des produits de première nécessité (farine, lait, huile, pain et sucre), le soulèvement a vite tourné court. L’ambassadeur américain à Alger, Henry Ensher, ira même jusqu’a dire : « Les manifestations en Algérie reposent plus sur des aspirations économiques, sociales et politiques dans un cadre n’exigeant pas le départ d’un responsable particulier. C’est une énorme différence par rapport aux autres manifestations dans la région.»

Quasiment vingt ans de règne, et sûrement plus, pour Adbelaziz Bouteflika. Lors de son élection en 1999, l’économie algérienne était dépendante à 97% des ressources en hydrocarbures, en 2018, elle est toujours dépendante à 97% de ces mêmes ressources.

Crédit photo : AFP

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rendez-vous à 18h !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !