Select Page

La revue d’Amérique du Sud : Vénézuela, Paraguay, Colombie, Chili et Equateur

La revue d’Amérique du Sud : Vénézuela, Paraguay, Colombie, Chili et Equateur

Les récentes actualités venues d’Amérique du Sud.

La crise continue au Vénézuela, Maduro veut réformer le bolivar

Si l’inflation explose en Argentine, ce n’est rien à côté de ce qu’il se passe au Vénézuela. Une politique monétaire désastreuse conjugué à une pénurie organisée par les secteurs privés sont à compter parmi les causes de l’hyperinflation. Le FMI estime qu’il pourrait atteindre les 1 000 000 %.

Afin de régler ce problème, Nicolas Maduro propose de réformer le bolivar, la monnaie vénézuélienne. L’idée serait de lui retirer cinq zéros, soit une dévaluation de 96 %, dans l’optique de la rendre plus stable. Ce serait aux yeux du dirigeant sud américain, un moyen de lutter contre le manque de liquidité. Dans le même temps, le chef d’État vénézuélien annonce vouloir réguler la vente d’essence. Proposée aux prix les plus bas du monde, cela favoriserait la contrebande, selon ce dernier.

Cette profonde crise économique et monétaire semble être l’origine de flux migratoires de plus en plus massifs. La Colombie, le Pérou et le Brésil sont les cibles privilégiées de l’émigration vénézuélienne. Ces migrants subissent l’hostilité des populations des régions dans lesquelles ils sont accueillis. Au Brésil, un camp de migrant a ainsi été attaqué. L’accueil n’est pas nécessairement des plus chaleureux au sein de la Colombie conservatrice du récemment élu Ivan Duque

Le référendum anti-corruption échoue en Colombie

Si le conservateur Ivan Duque focalise sa lutte contre les FARC et les narcotrafiquants, l’opposition entend quant à elle en finir avec la corruption. Ainsi la proposition a été faite d’organiser un référendum contre cette fameuse corruption. Véritable fléau en Colombie. Malheureusement, à quelques dizaines de votants près, le quorum qui aurait obligé le parlement à agir n’a pas été atteint.

36 millions de votants ont été appelés à se prononcer sur le salaire des haut-fonctionnaires et des parlementaires, la suppression de l’assignation à résidence au lieu de la prison et le gel des biens condamnés. L’initiative de l’opposition visait également le nombre de réélections du président de la République et à ce qu’une entreprise condamnée ne puisse plus contracter avec l’État.

Les partis de l’opposition d’en démordent pas et tenteront de passer par leurs projets par le parlement, en proposant un paquet législatif. A suivre donc…

Au Paraguay, les paysans de Curuguaty ont été acquittés

L’élection de Mario Abdo Benitez, enfant de la dictature Stroessner, avait été l’occasion d’évoquer un des dossiers brûlants qui l’attendait : les revendications des paysans du district de Curuguaty et les violents conflits qui les ont opposé aux forces de l’ordre. Ces même paysans ont pour seul « tort » de réclamer les terres qui leurs ont été arbitrairement volés sous la dictature. Ces mobilisations ont subi de violentes répressions. Onze paysans et six policiers ont péri.

Amnesty International a rapporté, le mois dernier, l’acquittement des paysans mis en cause dans cet affaire. Selon Erika Guevara-Rosas, directrice du programme Amérique d’Amnesty, c’est un « triomphe pour les droits humain. » Du côté du Chili…

Dans le cadre de l’affaire Riggs, cette banque américaine dans laquelle Pinochet avait caché une partie de sa fortune, la court suprême a ordonné la saisi de biens ayant appartenu à l’ancien dictateur. Cette saisi s’élève à un montant de 1 621 554 dollars.

Comme en Argentine, le congrès chilien s’apprête à voter un projet de légalisation de l’avortement. Le projet a été déposé le 21 août dernier par douze députées chiliennes. Michelle Bachelet avait permis une dépénalisation partielle, en cas de viol notamment. Mais même dans ces conditions, la dépénalisation avait été obtenue de justesse. De plus, les féministes admettent que même en cas de dépénalisation totale de l’avortement, il sera difficile de mettre le droit à l’avortement en application car la loi permet au médecin ce qu’on appelle l’objection de conscience.

Pourtant, comme en Argentine, toujours, elles sont nombreuses à se faire avorter clandestinement. Elles sont 120 000 à risquer leurs vies chaque année…

En Equateur des ministères supprimés

Dans le but de lutter contre les déficits budgétaires, l’Etat va supprimer des ministères et diminuer les subventions au secteur des combustibles. Plus de ministère de la Justice, plus de secrétariat à la Communication et le ministère du Commerce extérieur est maintenant rattaché à l’Industrie. Dans le même temps, la Corporation nationale des télécommunications et le Correo de Ecuador (Poste) vont fusionner. Une vingtaine d’institutions publiques vont disparaître.

A tout cela s’ajoute l’augmentation du prix du carburant. 16 millions d’équatoriens sont concernés…

Légende : Nicolas Maduro

Crédits : Eneas de Troya/Flickr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rendez-vous à 18h !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !