Select Page

La Papouasie-Nouvelle Guinée entend suspendre Facebook pour un mois

La Papouasie-Nouvelle Guinée entend suspendre Facebook pour un mois

Les utilisateurs du réseau social américain pourraient ne plus pouvoir accéder à leur service pendant plusieurs semaines, sur décision du gouvernement de la grande île de l’Océanie, qui se dit décidé à lutter contre les faux comptes, la pornographie et les fausses nouvelles.

La décision serait pour le moins radicale. L’accès à Facebook pourrait être bloqué pour les utilisateurs de Papouasie-Nouvelle Guinée sur décision gouvernementale, officiellement pour donner le temps au Département des technologies et de l’information de procéder à l’analyse de l’utilisation du réseau social dans le pays.

Correctement former la police

Selon le ministre de la Communication, cité par le quotidien Post Courrier, l’idée est de « collecter des informations permettant d’identifier les utilisateurs qui, sur Facebook, se cachent derrière de faux comptes, ceux qui téléchargent de la pornographie, ceux qui postent des fausses nouvelles ou de la désinformation, pour les filtrer et les retirer ».

Cette décision se fonde juridiquement sur une loi sur le cybercrime, adopté en 2016, selon le ministre, qui a précisé que le temps de la suspension permettrait à la police d’être correctement formée à l’application de cette loi.

Pour ajouter de la cocasserie à l’arbitraire, le ministre a même formulé l’idée que les développeurs de Papouasie-Nouvelle Guinée pourraient être incités à mettre sur pied un nouveau réseau social spécifique pour le pays, à l’image de ce que fait déjà la Chine par exemple.

Pour l’heure, le gouvernement n’a pas précisé si la décision avait été définitivement prise ou s’il entendait seulement étudier la question sérieusement.

Entre-temps, une première critique acerbe est venue des rangs des étudiants de Papouasie-Nouvelle Guinée qui résident en Chine. Selon Asia Pacific Report, un forum d’étudiants a organisé une manifestation à Pékin et publié un communiqué dénonçant l’impact négatif de cette annonce pour les expatriés et précisant qu’il y avait sans doute des sujets plus urgents à traiter pour le gouvernement de leur pays natal.

De son côté, un haut responsable de l’organisation de coopération économique régionale APEC, dont la Papouasie-Nouvelle Guinée doit accueillir un sommet en novembre prochain, a fait savoir au Post Courrier qu’une telle suspension, si elle était effective, serait « une plaisanterie » et contrevenait spectaculairement aux engagements des Etats-membres.

On ignore encore si le ministre Sam Basil, qui est lui-même un utilisateur très actif du réseau social, entend annoncer une position révisée du gouvernement sur sa page personnelle.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rendez-vous à 18h !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !