Select Page

Entre mythe et réalité : “Fantasyland”

Entre mythe et réalité : “Fantasyland”

Les Etats-Unis deviennent chaque jour un peu plus une société de castes, où les inégalités explosent.

Quand un des leaders des GAFA apparaît pour vendre un de ses nouveaux produits il est tout t-shirt et baskets pour le grand public. Mais les costumes de ville ou de soirée sont pendus dans les suites des palaces où il réside ou le palais qu’il habite. Un coup d’œil à son résumé nous montre qu’il ne vient pas de nulle part. Aux Etats-Unis d’Amérique il faut “être” avant de paraître. Le cursus conduit de la naissance aux écoles privées de prestige puis aux mêmes prestigieuses universités. Il n’y a pas d’exception ou juste celles qui justifient la règle.

Dans son dernier livre, Fantasyland, le journaliste et écrivain Kurt Andersen écrit en parlant des Etats-Unis d’Amérique: « Notre pays fut le premier pays pensé et créé de rien, le premier pays imaginé comme un récit épique — à la même époque où Shakespeare et Cervantes inventaient la fiction moderne. » Robert Kuttner vient de sortir son dernier livre, Can Democracy survive global capitalism qui met en évidence comment les élites ont pris en main le domaine politique et sans aucun complexe imposent leurs règles. Des règles que le monde “néo-libéral” s’empresse d’adopter.

L’écran de fumée d’une société américaine “sans classe” s’est dissipé et certains quartiers de New York ressemblent de plus en plus aux grandes métropoles européennes du XIXe siècle, Rolls Royces, chauffeurs et portiers en façade, les rues jonchées de sans logis tendant la main pour un pauvre dollar.

Photo : Times Square à New York

Crédits : Terabass/ Wikimédia commons

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rendez-vous à 18h !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !