Select Page

En Italie, rien ne va plus

En Italie, rien ne va plus

Entre le chaos grandissant à Gênes, suite à l’effondrement du pont, la politique migratoire de Matteo Salvini et la plage turquoise en Toscane, de l’autre côté des Alpes aussi, la fin de l’été s’avère compliquée.

A Gênes, le temps désarticulé

C’est un papier de nos confrères du Parisien qui le révèle, la vie à Gênes devient compliquée après l’effondrement du pont. Pour mémoire le pont de Gênes, qui relie tout le nord-ouest italien au nord et au sud de la péninsule, s’est écroulé le 14 août. Le bilan est lourds. 43 morts. Et comme toute catastrophe, naturelle ou non, laisse de traces, le chaos prend petit à petit sa place dans la 6ème plus importante ville d’Italie.

Historiquement, Gênes est une ville, non seulement de navigateurs, mais aussi de commerce. De par son port et son ouverture sur la Méditerranée. Aujourd’hui encore, et plus encore grâce au viaduc, Gênes observait un trafic routier important. Du coup les embouteillages sont monstres. L’accès au port devient compliqué. Le tourisme recule et les commerçants peinent à retrouver une activité normale. La reconstruction du pont promet même des expropriations.

Plusieurs solutions sont proposées, à court comme à long terme. Pour les commerçants lésés, des moratoires sur leurs dettes, des indemnisations ainsi que des exonérations de charges sont prévus. Le projet de contournement autoroutier appelé « La Gronda » a été remis sur le tapis. L’État prévoit également de révoquer la concession initialement accordée à Autostrade per l’Italia, société autoroutière et gestionnaire du pont.

Salvini sous les feux de la Justice

Les enfantillages de Matteo Salvini, qui refusait le Diciotti de débarquer à Catane, risquent de lui coûter cher. Le parquet d’Agrigente aurait décidé de poursuivre le ministre de l’Intérieur italien pour abus de pouvoir et séquestration de migrants.

Dans le premier cas, il aurait arbitrairement empêché un navire militaire (le Diciotti est un navire de gardes-côtes, qui a un rang militaire) d’accoster. Ce faisant, il aurait également violé les lois sur l’immigration. Celles-ci établissent qu’il est impossible de prendre de décision concernant les migrants avant d’avoir reçu d’eux une demande d’asile ou de protection humanitaire. L’abus de pouvoir résiderait surtout dans le fait que Matteo Salvini a pris une décision qui n’entrait pas dans les champs de compétences de son ministère. Les décisions relatives aux gardes-côtes incombent au ministère des infrastructures et des transports.

La solution serait venue d’un accord entre le clergé italien, l’Albanie et l’Irlande, qui ont permis de répartir l’accueil des migrants. Question à propos de laquelle l’UE et Salvini ne seraient pas parvenus à s’entendre. Luigi Di Maio, ministre du développement économique et plusieurs membres du Mouvement 5 étoiles ont fait pression sur Salvini pour qu’il laisse le navire accoster.

Si Di Maio s’est ensuite donné à une séance de pirouette pour rattraper ce couac gouvernemental, les premières lignes de dissensions entre la ligne du M5S et de la Lega commencent peut-être à se faire voir. Et ce d’autant plus que la réception de Viktor Orban semble marquer un autre point de désaccord entre Di Maio et Salvini.

Le paradis infernal d’une plage toscane

Sable blanc, mer turquoise. L’image laisse penser à une plage paradisiaque. A l’instar de celle que l’on voit sur les plus belles cartes postales. La réalité se rapproche un peu plus de l’enfer. Les raisons de ces couleurs « tropicales » seraient dues aux déchets toxiques rejetés dans l’eau par l’usine Solvay.

Cela fait des décennies que ces rejets ont lieu. Solvay aurait ainsi déversé, selon Le Point, 1 449 kilos d’Arsenic, 1 540 kilos de chrome, 71 kilos de mercure, 3 218 kilos de plomb et 15 049 kilos de zinc. Le pire dans tout cela : les nuisances subis par la flore et la faune marine et, surtout, que la baignade soit autorisée !

Légende : Matteo Salvini

Crédits : Fabio Visconti / Wikimedia Commons

2 Comments

  1. yahiacirtaPascal Jean-Michel

     » Solvay aurait ainsi déversé, selon Le Point, 1 449 kilos d’Arsenic, 1 540 kilos de chrome, 71 kilos de mercure, 3 218 kilos de plomb et 15 049 kilos de zinc.  »
    Faut-il vraiment en dire plus pour démontrer que tant que le capitalisme dirigera les nation, il n’y aura pas d’écologie possible ! N’est-ce pas monsieur Hulot qui part avec raison du Gouvernement, mais qui a voté toutes les lois directement liées au capitalisme. Toutes sans exception !

    Réponse Signaler un abus
  2. Jean-Paul B.

    Sans vouloir défendre sur tous les sujets le gouvernement italien issu des dernières élections,il faut noter quand même qu’il manifeste sa volonté de souveraineté pour tout ce qui touche à l’Italie:
    – contrôle des migrations hors UE passant sur son propre territoire,
    – reprise de contrôle sur l’élaboration des lois,afin qu’elles émanent des citoyens italiens eux-mêmes par l’intermédiaires de leurs représentants élus et non plus transposées sur injonction de Bruxelles dans le droit italien,
    – remise en question de la « tutelle » de l’UE sur le pays par la recherche de solutions alternatives indépendantes.
    On peut bien sûr être en désaccord sur les propos et actions de Salvini et Di Maio, mais force est de constater qu’ils représentent le sentiment d’une large majorité d’italiens qui ne veulent plus être contraints de subir des décisions « impactant » gravement leur vie quotidienne à fortiori quand elles émanent de la germano-UE.
    PS: Contrairement à ce que pourraient penser les gens mal informés par la presse européiste,l’Italie n’est pas un pays « assisté »,elle verse plus au budget de l’UE que ce qu’elle en reçoit.

    Réponse Signaler un abus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signez la pétition !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !