Donetsk : Au cœur de l’Europe, une guerre oubliée

Donetsk : Au cœur de l’Europe, une guerre oubliée

Alors qu’en 2014, tout le monde se passionnait pour la situation en Crimée, ce n’est plus le cas aujourd’hui, alors que la situation ne s’est pas améliorée.

« – Tu es un mercenaire serbe.

– Non, je suis socio du Média et élu français.

– Ma patience a des limites jeune homme, donne-moi ton flingue ! »

C’est sur ces paroles avec un douanier, le jour de mon anniversaire, que je réussis quand même à entrer en République populaire de Donetsk (RPD), un territoire non-reconnu, formellement déconseillé par France Diplomatie et niché entre la Russie et l’Ukraine. Après le référendum de Crimée, au sud de l’Ukraine, où les citoyens se sont déclarés pour la réunification à la Russie, deux républiques font sécession vis-à-vis de Kiev de la même manière, en 2014, les républiques populaires de Lougansk et de Donetsk. Sur le chemin vers la ville de Donetsk, plusieurs portraits d’Alexandre Zakharchenko, le président de la République, avec les dates des 9 et 11 mai. La première faisant référence à la fête de la victoire sur les Nazis et les sacrifices soviétiques, la seconde étant relative au 4ème anniversaire de la République.

Arrivé à destination, il faut peu de temps sur place, pour comprendre, dès la tombée de la nuit, que les combats se poursuivent, malgré un cessez-le-feu. A quelques kilomètres de Donetsk, sur les lignes de front face à l’armée ukrainienne, plusieurs tirs d’artilleries et détonations peuvent s’entendre depuis la ville et toute la nuit. Cela se reproduira chaque soir malgré les observateurs de l’OSCE présents sur place. Après la révolution de couleur de Maïdan en 2014 et la chasse du président Ukrainien Ianoukovitch (souvent qualifié de pro-Russe par la presse occidentale), les commentateurs européens se sont enthousiasmés du tournant pro-UE de l’Ukraine. La nouvelle ayant même permis le déplacement de Bernard-Henri Lévy en personne aux côtés des manifestants. Depuis, comme ailleurs, plus aucun média ne s’est intéressé sur le débouché concret du putsch: la guerre civile. Depuis 2014, il est recensé, d’après le secrétariat d’Etat américain, plus de 10.000 morts et près de trois millions de réfugiés (dont 2 millions de déplacés) dans ce conflit européen. Le 12 mai dernier, depuis l’Italie, Angela Merkel s’est dite très préoccupée par la situation en Ukraine déplorant chaque soir « des violations de la trêve et des pertes humaines » quotidiennes au cœur de l’Europe.

Sur ce territoire, se confrontent deux visions, celle de l’OTAN et de la rupture avec la Russie (gouvernement Ukrainien), de l’autre, les Russophones, proches de la Russie et contre l’avancée de l’OTAN (Est Ukrainien). Sans compter,les divisions historico-culturelles, linguistiques et surtout la position stratégique de l’Ukraine, principale raison et étincelle de ce conflit entre frères Slaves.

Shares
  • facebook
  • twitter
  • googleplus
  • linkedin

Crédits : Andrea Kotarac

2015 : Les accords de Minsk II

​Si, d’une part, la République de Donetsk fonctionne tel un véritable Etat doté de son administration, sa police, son armée, ses écoles, ses universités, drapeaux et plaques d’immatriculation, laissant penser à une aide conséquente de Moscou. D’autre part, ont été constatées plusieurs livraisons d’armes de Washington et même la négociation de ventes par M. Le Drian de plusieurs hélicoptères de combat Français au gouvernement de Kiev. Pourtant en 2015, était signé entre les Républiques sécessionnistes et Kiev, un accord de paix : les accords de Minsk II.

​La France, l’Allemagne et la Russie étant garants de cet accord, validé par l’OSCE ayant dépêché ses observateurs sur place.

​Outre le cessez-le-feu, les amnisties, les échanges de prisonniers, et tout autre point non respecté, les accords demandaient, le cas échéant, le changement de la Constitution Ukrainienne laissant place à l’autonomie des Républiques au sein de l’Ukraine et donc, en dernier lieu, l’intégrité des frontières de l’Ukraine. Kiev n’ayant toujours pas opéré ces changements constitutionnels.

​Après le symbole Catalan, la même question se pose donc pour la stabilité de l’Europe : autodétermination des peuples à disposer d’eux-mêmes ou principe d’intégrité des frontières ?

Shares
  • facebook
  • twitter
  • googleplus
  • linkedin

Crédits : Andrea Kotarac

L’indépendance du Kosovo et l’ouverture de la boîte de Pandore

Si les pays de l’OTAN accusent le Kremlin de vouloir défendre sa sphère d’influence par la force (ce que Moscou dément), face à leur avancée vers l’Est, de l’autre côté de ce nouveau mur, le cas du Kosovo est dans toutes les têtes, que ce soit pour la Crimée, ou pour les deux républiques de Donetsk et de Lougansk.

​En effet, en 1999, l’OTAN avait opéré de manière illégale, en bombardant durant trois mois, jours et nuits, l’allié historique de la France et de la Russie, la Serbie, n’épargnant ni les journalistes de la TV nationale, ni même l’ambassade de Chine de Belgrade. La campagne aérienne atlantiste se déroulait alors sans accord de l’ONU, ni du conseil de sécurité. Au final, l’opération de l’OTAN débouchait il y a dix ans, à la déclaration d’indépendance du Kosovo et sa sécession de la Serbie. La majeure partie des états de l’OTAN, dont la France, s’étaient précipités pour reconnaître le nouvel état croupion. Aujourd’hui, le Kosovo abrite toujours la plus grande base américaine d’Europe et n’est toujours pas reconnu par l’ONU.

​Alors, me répond-on dans les rues de Donetsk, « pourquoi la France ou les Etats-Unis peuvent reconnaître l’indépendance du Kosovo en défendant leurs intérêts militaires et pourquoi la Russie, ne pourrait-elle pas répondre de la même manière, elle, qui vous avait largement averti de cette erreur à l’époque ? »

Shares
  • facebook
  • twitter
  • googleplus
  • linkedin

Crédits : Andrea Kotarac

Donetsk : Redoublement de violence avant la Coupe du Monde

​Au-delà des débats juridiques, reste que depuis quelques jours, les combats entre les forces ukrainiennes et l’armée de la République de Donetsk redoublent de violence. Le 18 mai 2018, dans la ville de Gorlovka, il est comptabilisé dix morts du côté ukrainien, accusé par Donetsk de bombarder des civils et de tenter de percer les lignes de Front. Le 21 mai, au-delà des blessés et des morts de chaque côté, ainsi 3 soldats de Donetsk sont faits prisonniers. Le 22, un bus explose. Hier, le pont stratégique à Ivanovka reliant Gorlovka et Lougansk a été bombardé par l’Ukraine. On observe que les combats s’attachent souvent à la reprise de mines de charbon. En effet, si le territoire de la RPD est petit, il était considéré comme le centre industriel de l’URSS. Son détachement de l’Ukraine priverait Kiev d’apport de matière énergétiques notamment. En bref, plus un jour ne se passe sans compter des victimes au cœur de notre continent et dans l’indifférence des médias braqués sur le Royal Wedding.

A Donetsk, il est reproché aussi à l’Ukraine d’utiliser des armes interdites par les conventions internationales, et de redoubler de violence à l’approche de la Coupe du Monde qui se tient actuellement en Russie, pour tenter de gagner du terrain avant le deuxième événement sportif attirant le plus de téléspectateurs de la planète.

​Espérons qu’en finale, ce sera la paix qui sera championne du monde.

Crédits : Andrea Kotarac

2 Comments

  1. Jean-Pierre

    J’ai lu votre article avec attention, surtout que je suis parti cette année en Ukraine.
    Je trouve intéressant que vous soyez allé là bas, à Donetsk. Par contre je trouve que vos mots sont assez doux par apport à l’implication de soldats russes lors de l’invasion de la crimée, de la présence armée durant le referdum et surtout l’utilisation de missile russe contre des avions civils.
    Ceci n’est pas une déclaration d’indépendance d’une république comme vous le dites, mais clairement une guerre secrète, orchestrées d’une part et de l’autre de la frontière.

    Réponse Signaler un abus
  2. Jean François DRON

    Bien J. Pierre, tu es allé en Ukraine d’accord et tu as vu ce que tu voulait voir pas ce qu’il y a à voir. Pourquoi ne parles-tu pas des néo-nazis à Kiev, de l’armement américain et des millions de dollars fournis par la CIA à Maidan Pour ce qui est de l’avion civil tu bats les records car aucune preuve réelle et non fabriquée (Amsterdam n’est pas plus fiable que Washington vu le contrôle d’information par l’OTAN. En Crimée, pourquoi voudrait-tu que les gens qui parlent russe soient restés dans l’Ukraine alors que celle-ci leur refuse leur langue. Il en est de même dans les 2 républiques du Dombass.. Et oui, il faut avvoir les yeux et les oreilles ouverts mais à TOUT pas à ce qu’on pense déjà grâces aux racontards occidentaux.

    Réponse Signaler un abus

Trackbacks/Pingbacks

  1. Donetsk : Au cœur de l’Europe, une guerre oubliée | Le Média – Verità effetuale della cosa - […] Donetsk : Au cœur de l’Europe, une guerre oubliée | Le Média — À lire sur lemediapresse.fr/international-fr/donetsk-au-coeur-de-leurope-une-guerre-oubliee/ […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rendez-vous à 18h !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !