Select Page

Au Sierra-Leone, une société minière devant la justice

Au Sierra-Leone, une société minière devant la justice

Si personne n’ignore le système organisé d’exploitation du sous-sol africain par les conglomérats industriels, il est beaucoup plus rare de voir les bénéficiaires appelés à répondre de leurs actes. Mais depuis le 29 janvier 2018, une compagnie minière anciennement basée à Londres, Tonkolili Iron Ore Ltd, doit répondre devant la justice britannique de violations des droits de l’Homme commises en Sierra Leone sur des mineurs entre 2010 et 2012.

Cette entreprise d’exploitation était une filiale d’African Minerals Ltd (AML), l’un des plus importants employeurs du pays qui est l’un des plus pauvres d’Afrique. 7000 personnes y étaient employées notamment pour produire du fer destiné à la Chine. En dehors des conditions de travail déplorables dans lesquelles sont contraints d’opérer les mineurs, un rapport de l’ONG Human Rights Watch accuse l’exploitant d’avoir expulsé de leurs villages des centaines de familles pour ses activités. Les personnes ont été déplacés dans «une zone plate et aride», où la culture de la terre est impossible. Ces expropriations ont provoqué des protestations, et une répression brutale de la police, qui aurait agi sous les instructions de l’entreprise minière, conduisant à la mort d’une jeune femme de 24 ans abattue par la police. Tonkolili Iron Ore Ltd est également accusée d’agression, viol et détention arbitraire. Une autre manifestante dit avoir été battue et violée avant de faire une fausse couche.

Plus d’informations sur France Info et Independant.

Crédit : UNMEER/Simon Ruf/flickr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rendez-vous à 18h !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !