Select Page

Macron sur la Fox : une interview politique, sauf dans le contenu

Macron sur la Fox : une interview politique, sauf dans le contenu

Salon doré de l’Elysée, vendredi dernier. En face d’Emmanuel Macron, Christopher Wallace, de Fox News. Fox News à l’Elysée ? What ? Pour préparer le déplacement de son champion, l’équipe de communication du président de la République a bel et bien choisi Fox News pour une interview dans le « Sunday show », rendez-vous politique diffusé chaque dimanche aux Etats-Unis.

« Tous les médias américains ont essayé d’avoir cette interview du président, mais on n’imaginait pas que Fox la demande et l’obtienne », nous confie une journaliste haut placée d’une chaîne américaine qui préfère rester discrète. « Fox News, depuis quelques temps, c’est de la fake news en permanence. A mettre dans le même panier que Russia Today et Sputnik », ajoute-t-elle.

Lorsqu’il est question de son plan média, l’équipe d’Emmanuel Macron ne laisse jamais rien au hasard. Pour notre source, le choix est clair: « Macron, en leader mondial comme il aime à s’afficher, a voulu s’adresser directement à Donald Trump et à ses supporters ».

Donald Trump adore Macron. Et le respecte. Quoi de plus logique alors que d’accorder du temps à la conservatrice Fox News, rampe de lancement du candidat républicain ? Efficace.

La forme au détriment du fond

Pour notre journaliste américaine, consciente des ficelles de cette opération séduction, « Macron est très fort lorsqu’il s’agit de charmer, c’est exactement ce qui s’est passé avec cette interview ». Très vite pendant l’entretien, le président français a lié son destin à celui de Trump, en comparant les deux élections présidentielles, leurs trajectoires stellaires.

Et le contenu dans tout ça ? Pas grand-chose à retenir. Emmanuel Macron a réussi à placer quelques « punchlines » sur la réforme de la SNCF, ce qui prouve, pour notre source, que l’interview n’a pas été bien conduite par le journaliste : « vous croyez que les téléspectateurs américains se soucient du sort des cheminots ? », lâche-t-elle, pas surprise du manque de pugnacité de Christopher Wallace.

Certains éditorialistes en France se sont émus qu’Emmanuel Macron discute politique intérieure sur une chaîne de télévision étrangère, mais l’interview s’est déroulée à l’Elysée et non hors de France, il faut le rappeler.

Dans la syntaxe du président français, il faut retenir l’utilisation très « comptable », d’autres diraient libérale, du verbe « deliver », livrer en anglais – lorsqu’il s’agit de parler des réformes. Livrer des réformes, comme des produits finis, prêts à être utiliser.

Sur les 25 minutes de cette interview, le journaliste de la Fox a « servi la soupe » au président.

En revenant notamment sur quelques coups de com’ d’Emmanuel Macron: on discute du chêne offert aux Etats-Unis lors de ce déplacement, – symbole de l’amitié franco-américaine – ou du serrage de main, très médiatique, entre les deux présidents. Quelques blagues sur ses surnoms – Napoléon, Louis XIV – mais rien de piquant.

Le moment « malaise TV » : lorsque Christopher Wallace rappelle que Donald Trump aime se qualifier de « disrupter », « perturbateur » en français. Il faut se souvenir que le mot « disruptif », néologisme adoré des start-uppers, est un élément de langage fondamental dans la  galaxie Macronienne.

En bref, l’atterrissage de Macron à Washington est prêt !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Devenez Socio

Restez connectés au Média

Les Tweets du Média