Select Page

Fausse mort d’Arkadi Babtchenko : l’improbable intox des services secrets ukrainiens

Fausse mort d’Arkadi Babtchenko : l’improbable intox des services secrets ukrainiens

C’est une histoire totalement ubuesque qui s’est déroulée aujourd’hui. Ce matin, la police ukrainienne annonçait l’assassinat du journaliste russe Arkadi Babtchenko. Ce dernier est apparu bien vivant en fin d’après-midi. Un coup monté de toute pièce.

Ce mercredi matin, nous apprenions la mort de Arkadi Babtchenko, journaliste russe de 41 ans, fervent opposant au régime de Vladimir Poutine, à Kiev. L’écrivain et journaliste, également ancien soldat en Tchétchénie, y réside depuis près d’un an, se disant menacé de mort dans son pays d’origine.

Toute la journée, les médias du monde entier, nous compris, relaient cette histoire digne des meilleurs polars. Arkadi Babtchenko aurait reçu trois balles dans le dos en rentrant chez lui. Il aurait réussi à ramper dans la cage d’escalier jusqu’à son appartement, où sa femme l’aurait trouvé baignant dans son sang. Il serait mort dans l’ambulance qui le conduisait à l’hôpital.

Seulement, coup de théâtre, en fin d’après-midi nous apprenons que l’homme est bel et bien vivant. Il est apparu sur la chaîne de télévision ukrainienne « 5 », lors d’une conférence de presse surréaliste où l’homme paraît hésitant.

« Je n’avais pas le choix »

Le journaliste est apparu aux côtés de Vassyl Grytsak, le chef des services de sécurité ukrainiens (SBU), qui a affirmé : « Grâce à cette opération, nous avons réussi à déjouer une provocation cynique et à documenter les préparatifs de ce crime par les services spéciaux russes. » Cette provocation, c’était, toujours selon les ukrainiens, le prétendu assassinat commandité du journaliste Arkadi Babtchenko, qui depuis des années ne cache pas sa fervente opposition à Vladimir Poutine.

Arkadi Babtchenko a commencé son allocation en russe, s’excusant dans un premier temps auprès de sa femme Olga, pour ce mensonge qui a dû lui faire vivre « un véritable enfer », selon ses mots. « Je sais ce que c’est, dans ma vie j’ai enterré beaucoup de collègues et amis, a-t-il dit. Je leur présente mes excuses, mais on ne pouvait faire autrement », a-t-il ajouté. « Pardonnes-moi Olga, mais je n’avais pas le choix », a répété le journaliste, qui paraissait quelque peu confus à cette conférence de presse.

Il a ensuite remercier à plusieurs reprises les services secrets Russes, avec qui il a travaillé pendant environ deux mois. « Ils m’ont sauvé la vie », a-t-il assuré. Selon ses dires, une opération visait à le tuer, sa tête ayant été mise à prix. « Au prix d’environ 40 000 euros », s’est amusé l’intéressé. Il a affirmé qu’un homme aurait été arrêté, sans pour autant que cette information soit pour le moment validée.

Qui est Arkadi Babtchenko ?

Arkadi Batchenko travaillait pour le journal d’opposition russe Novaïa Gazeta. En 2009, nos confrères de Libération se rendaient dans ses locaux hantés par les fantômes de ses journalistes assassinés. Lorraine Millot décrit l’ambiance pesante de la conférence de rédaction, qui se déroule « sous les portraits, noir et blanc, de cinq journalistes assassinés. » Anastassia Babourova, 25 ans, stagiaire qui enquêtait sur les groupes néonazis, ou encore Anna Politkovskaïa, tuée en 2006, connue en Ukraine pour ses enquêtes sur les crimes en Tchétchénie.

Ancien soldat, Arkadi Babtchenko était l’auteur d’un puissant livre témoignage sur la guerre en Tchétchénie, La couleur de la guerre (paru en 2009 en français chez Gallimard). Il y avait écrit : « Il y a deux Russie, l’une où ils tuent, et l’autre où ils donnent des fleurs. » Depuis un an, Arkadi Babtchenko anime une émission sur la chaîne de télévision ukrainienne privée ATR.

Cette fabuleuse “fake news” lancée par les autorités ukrainiennes, en dit long sur la guerre psychologique qui ne s’éteint pas entre ces deux pays limitrophes à l’histoire commune que sont l’Ukraine et la Russie.

Photo : Arkadi Babtchenko

Crédit : Vitaliy NOSACH pour l’AFP

3 Comments

  1. Coquille relevée :

    « Il a ensuite remercier à plusieurs reprises les services secrets Russes » or il s’agit vraisemblablement des services secrets ukrainiens….

    Réponse Signaler un abus
  2. … et confusion entre allocation et allocution. S’il vous plaît, relisez, les amis, ou faites relire. A part ces détails, cette histoire ressemble à un enfantillage. Jusqu’où descendrons-nous ?

    Réponse Signaler un abus

Laisser un commentaire

Devenez Socio

Restez connectés au Média

Les Tweets du Média

Les dernières émissions du Média

Loading...

Ne manquez pas les nouveaux articles du Média

Suivez l'actu d'une presse libre et indépendante des puissances financières

Merci d'avoir souscrit à notre newsletter !

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !