Impôt 2023, trois solutions efficaces pour réduire l’imposition des revenus fonciers

Sachez qu’il est possible de réduire l’imposition des revenus fonciers. Il s’agit d’un aspect important de la situation fiscale, mais certaines méthodes sont légales et avantageuses pour la minimiser. Vous pouvez opter pour le régime réel, déduire ou optimiser les déficits fonciers. Voici les détails.

Trois solutions efficaces pour réduire l’imposition des revenus fonciers

Optimiser les déficits fonciers

Vous pouvez profiter du dispositif de déficit foncier en faisant des travaux de rénovation ou d’amélioration d’un bien locatif. De surcroît, cela permet de les valoriser si un jour vous pensez à le revendre.

Ainsi, les déficits fonciers imputables sur les autres revenus imposables pour la même année entraîneront une diminution sur la base d’imposition de l’impôt sur le revenu. Mais pas que. Les déficits reportables sur les revenus fonciers auparavant peuvent également entraîner une réduction de la base d’imposition aux prélèvements sociaux.

Pour profiter d’une réduction sur l’imposition des revenus fonciers, le mieux est de faire de gros travaux au lieu de les étaler. Cette technique permet de constituer un déficit reportable pendant dix ans sur les loyers.

Réduction des déficits fonciers en 2023

Il y a un déficit foncier si vous êtes soumis au régime réel. Puis, lorsque les charges déductibles dépassent les loyers bruts. En 2022, ce déficit peut être imputé sur les autres revenus imposables perçus par les membres de votre foyer. Cela peut être les salaires, les bénéfices, les pensions de retraite dans la limite de 10 700 euros.

Les intérêts et des frais d’emprunt déduits, si vous avez acquis le bien loué à crédit ou si vous avez contracté un emprunt pour effectuer des travaux, font exception.

La partie du déficit de 2022 qui dépasse 10 700 euros ne pourra être imputée que sur vos revenus fonciers imposables au cours des dix prochaines années. Toutefois, ce plafond sera de 15 300 euros si vous louez en Cosse ou en Périssol. Par contre, il sera le double entre 2023 et 2025 pour certains bailleurs.

Par ailleurs, la déclaration n° 2044 permet de déterminer la fraction de votre déficit foncier de 2022. Ensuite, elle peut être reportée sur vos autres revenus imposables. Donc, elle est à déduire de vos revenus fonciers des années à venir.

Choisir le régime réel pour réduire l’imposition des revenus fonciers

Si vous êtes soumis au régime micro-foncier, si les charges déductibles de 2022 dépassent 30 % des loyers bruts, il est temps d’opter pour un changement de régime. Le plus avantageux serait d’opter pour le régime réel.

Ce choix permet de déduire les charges réelles. Ainsi, il y aura une réduction significative sur le résultat foncier imposable. Par conséquent, vous avez le droit de payer moins d’impôts et de prélèvements sociaux.

Pour ce faire, il est important de déposer une déclaration n° 2044. Ensuite, l’option sera valable durant trois années incompressibles. Elle sera reconduite tacitement d’année en année en continuant à déposer une déclaration n° 2044.

À noter toutefois que cette option n’est avantageuse qu’à une condition. Veillez à ce que les charges déductibles dépassent 30 % de vos loyers pendant trois années consécutives.