Select Page

Le rapport d’un collectif d’ONG révèle une augmentation de 11% des financements des banques aux énergies les plus polluantes entre 2016 et 2017.

Le rapport d’un collectif d’ONG révèle une augmentation de 11% des financements des banques aux énergies les plus polluantes entre 2016 et 2017.

Sables bitumineux, forages en Arctique et en eaux profondes, mines et centrales de charbon, exportation de gaz liquéfié: en 2017, les banques financent (encore) les énergies fossiles à hauteur de 115 milliards de dollars en 2017.

C’est un rapport de Rainforest Action Network, un collectif international de 56 associations, publié ce matin qui établit le constat. 115 milliards de dollars (93 Milliards d’euros) de financements bancaires ont été attribués à des projets d’exploitation des énergies fossiles les plus polluantes. Première banque française de ce classement, la Société Générale est également l’établissement qui finance le plus des projets d’exportation de gaz de schiste liquéfié en Amérique du Nord.

Une progression des financements bancaires des énergies fossiles qui illustre le peu d’intérêt des banques internationales pour les impératifs climatiques, tels que définis par l’Accord de Paris en 2016. Justement, au lendemain de la signature de l’accord, les sommes consacrées à ce type de projets avaient reculé. La prise de conscience des banques aura donc duré une courte année, avant que la hausse ne reprenne. Plus 11% entre 2016 et 2017.

Le rapport intitulé « Banking on Climate Change: Fossil Fuel Finance Report Card 2018 » étudie les soutiens sous forme de prêts, d’actions ou d’obligations émis par les 36 plus grandes banques internationales au bénéfice des 30 plus grandes entreprises du secteur des énergies fossiles. JP Morgan Chase, Toronto-Dominion Bank et Royal Bank of Canada sont les trois banques dont les financements ont le plus progressé cette année. Ce qui ne les empêche pas, en même temps, de vanter leurs engagements pour les énergies propres et la protection de l’environnement. Le tout alors qu’elles sont la source principale de financement des 47 milliards de dollars (38 Milliards d’euros) investis pour l’exploitation des sables bitumineux, notamment au Canada et au Nord des Etats-Unis. Une des industries les plus polluantes mais aussi les plus contestées, en particulier par les communautés autochtones qui s’y opposent catégoriquement, comme c’est le cas de l’oléoduc « Kinder Morgan Trans Mountain ».

Le rapport montre également que malgré la baisse des coûts de production et de stockage des énergies renouvelables, les banques continuent de soutenir les investissements dans les énergies les plus polluantes, comme les mines de charbon.

Coté français, la Société Générale, la BNP Paribas et le Crédit Agricole sont classés dans les 25 premiers établissements mondiaux qui ont financé le plus de projets d’exploitation d’énergie fossile. En 2017, les trois banques ont participé à hauteur de 5,4 milliards de dollars ( 4,4 milliards d’euros) au financement de ces secteurs. Alors que la BNP, conformément à ses engagements publics a renoncé à financer la production et l’exportation de gaz de schiste, la banque continue de financer largement des entreprises qui pratiquent des forages en Arctique et en eaux ultra-profondes, même si le montant global de l’enveloppe de financement a baissé de 17% entre 2016 et 2017. La Société Générale, quant à elle, trône en haut du classement des banques françaises. Les projets qu’elle finance sont principalement des gazoducs et des terminaux méthaniers, qui, selon l’association « Les Amis de la Terre », posent « des risques incontestables et irréversibles pour le climat, ainsi que pour les communautés et écosystèmes locaux ». Entre 2015 et 2017, la Société Générale a mis à disposition des projets concernant les énergies fossiles près de 7,2 milliards de dollars (5,8 milliards d’euros), première banque du classement français.

Lien du rapport

Crédits : Wikimedia Commons

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Devenez Socio

Restez connectés au Média

Les Tweets du Média