Menaces sur la biodiversité

Menaces sur la biodiversité

L’observatoire national de la biodiversité a publié lundi 18 juin son bilan 2018. Le rapport dresse un tableau critique de la situation, et alerte sur les menaces qui pèsent sur la biodiversité.

180.000 espèces seraient en danger selon un rapport intitulé « Menaces sur le vivant : quand la nature ne peut plus suivre ». Ce bilan rédigé par l’Observatoire national de la biodiversité (ONB) et piloté par l’Agence Française pour la biodiversité (AFB) interroge d’emblée : « entendra-t-on encore longtemps le chant des oiseaux dans les campagnes françaises ? » Rien de sûr, tant « le scénario catastrophe de la disparition des oiseaux des paysages ruraux français pourrait à court terme ne plus relever de la science-fiction » introduit-il. Depuis 2015, les données enregistrées par l’observatoire indiquent une « accélération significative » de la chute des populations d’oiseaux des milieux agricoles, y compris parmi les oiseaux généralistes des espaces ruraux.

Une espèce vivante sur trois en danger de disparition

Les oiseaux ne sont pas les seules espèces à décliner. La synthèse de l’ONB note également une diminution des populations de chauves-souris de près de 40% en dix ans. Une perte que l’agence met en perspective avec la perte de 76% de la biomasse en insectes volants.

En outre-mer, le constat est d’autant plus critique que certains territoires se situent dans des points chauds de biodiversité mondiale avec un taux élevé d’endémisme menacé. L’AFB remarque par exemple dans « 29% des stations suivies une diminution du recouvrement corallien » dans les eaux françaises, notant une tendance à la disparition progressive des récifs.

Hausse des températures, pesticides et artificialisation des sols

Premier responsable pointé du doigt dans le document, l’usage agricole des pesticides augmenterait de 18% entre 2009 et 2011 et la période de 2013 et 2015. Ces produits causeraient notamment la hausse de la mortalité des espèces d’oiseaux et des insectes. S’ajoute l’artificialisation du territoire qui « continue de progresser à un rythme élevé (…) plus vite que la population » avec l’étalement urbain. 590 000 hectares de terres agricoles et d’espaces naturels ont été urbanisés, entre 2006 et 2015, dont 48% sous la forme de surfaces goudronnées. Cette modification des sols s’accompagne d’une imperméabilisation qui entraîne des ruissellements, accentuant les crues.

Shares
  • facebook
  • twitter
  • googleplus
  • linkedin

Par ailleurs, des milieux riches en biodiversité continuent à disparaître. 700.000 hectares de prairies ont disparu entre 2000 et 2010, une tendance qui s’accélère depuis. Les milieux humides sont particulièrement touchés, 91% des habitats humides seraient dans un état de conservation défavorable selon la dernière évaluation disponible des habitats reconnus prioritaires par l’Union européenne.

Autre responsable de la situation, l’augmentation des températures, qui serait par exemple la cause de la disparition des baobabs d’Afrique. Ce phénomène entraîne aussi l’acidification des océans qui fragilise les récifs coralliens. Enfin, le rapport note la présence, particulièrement en outre-mer, des espèces exotiques envahissantes « dont la présence est très préjudiciable à ces milieux insulaires fragiles ». Ces espèces invasives prennent la place des espèces endémiques et indigènes, causant leur disparition définitive.

Photo : Rapport

Crédits : Capture d’écran

Trackbacks/Pingbacks

  1. Menaces sur la biodiversité | Anor Environnement - […] L’article du Média Presse est ici. […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rendez-vous à 18h !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !