Select Page

Le changement climatique pourrait contraindre des millions de personnes à la fuite

Le changement climatique pourrait contraindre des millions de personnes à la fuite

Les migrants climatiques, ainsi qu’ils sont appelés, correspondent à ceux qui fuient une production agricole amoindrie, une pénurie d’eau, ou encore la montée du niveau de la mer. Le phénomène pourrait s’amplifier de façon exponentiel dans les années à venir.

Selon un rapport de la Banque mondial, ils seront 86 millions de personnes à migrer d’Afrique, 40 millions viendront d’Asie du Sud et 17 millions d’Amérique Latine. Au total, 143 millions se déplaceront d’ici 2050 pour fuir les effets du réchauffement climatique. Démographiquement, nous savons que ces trois régions représentent environ 55 % de la population des pays en développement. Le chiffre annoncé par la Banque mondiale, lui, représente 2,8 % de ces trois mêmes régions. Nous pouvons ainsi supposer que si les choses continuent dans ce sens, la réalité pourrait dépasser les estimations. Le changement climatique, par ailleurs, ne constitue pas une motivation isolée des autres. Elle s’ajoute en effet aux raisons économiques, politiques et sociales, qui sont déjà la cause d’une grande part des flux migratoires.

La Banque mondiale préconise de rester attentif aux migrations internes. Ainsi, elle distingue trois pays qui, selon elle, doivent attirer l’attention. L’Éthiopie, le Bangladesh et le Mexique. Dans le premier cas, l’explosion démographique pourrait, à terme, accentuer le phénomène de rareté des denrées agricoles. Concernant le second cas, c’est l’hygiène de l’eau qui pourrait contraindre les départs. Et enfin, pour le Mexique, les zones urbaines sur-polluées viendraient à être désertées dans un futur proche. Il est bon de savoir que le climat engendre deux fois plus d’émigrés que la guerre. Il est probable qu’il soit déjà le premier facteur de migrations.

Pour endiguer le phénomène, la Banque mondiale suggère, d’une part, de réduire significativement les émissions de gaz à effet de serre et, d’autre part, d’intégrer les déplacements de populations dans les plans de développement. Il faudra également adapter les politiques aux destinations des migrations, à savoir si elles se dirigent vers les zones urbaines, périurbaines ou rurales.

Crédits (cc)Pixabay

2 Comments

  1. beaulaton

    SVP ne colportez pas les FAKE NEWS des lobbies du GREENBUSINESS. Le réchauffement climatique n’existe plus depuis 1998 même le GIEC le reconnait timidement. A la veille du printemps 2018 nous avons battu des records de T° de froid et en 2010 également avec des records de T° avec -93 °C au niveau des pôles. et pourtant le CO2 continue d’augmenter légèrement cherchez l’erreur !

    Les scientifiques adeptes des théories du GIEC dans le réchauffement climatique argumentent leurs certitudes, qui frisent la croyance, à partir de modèles informatiques ou paradigmes qui ont toujours échoués à l’épreuve du temps. Seuls les faits reproductibles, le mode de preuve, dont tout scientifique objectif fonde ses observations, doivent être les lignes de conduite de l’approche de la vérité. Tout le reste n’est que croyance. Et quand la science devient croyance la démocratie est en danger et l’on sait comment cela finit. Cette politique du faire peur qu’utilisaient les religieux naguère sont les armes de la soumission des peuples et de leur asservissement. A tel point que tout débat contradictoire sur les causes du changement climatique est un blasphème puni d’excommunication de la sphère scientifique.

    Vous semblez être un nouveau média qui je l’espère est en opposition à la médiacaste de soumission du néolibéralisme bruxellois et de la bien-pensance du boboisme et de l’écologie punitive. je vous propose d’organiser un débat contradictoire sur les causes de ce changement climatique avec des anciens du GIEC comme François GERVAIS physicien français, Richard LINDZEN climatologue de renommée mondiale ou ancien directeur du CNRS comme Jacques DURAN ou Vincent COURTILLOT géophysicien français, Piers Corbyn astrophysicien anglais, Gerald Stanhill scientifique de l’environnement britannique et tout autres contradicteurs du GIEC comme Jean JOUZEL.

    Car oui il y a bien changement climatique et pour cause il y en a toujours eu depuis que la terre existe et l’homme n’y est absolument pour rien il aurait beau s’arrêter de respirer ou d’exister que ces changements climatiques continueraient de se produire; Ils sont la conséquence des influences du rayonnement du soleil, du phénomène el nino périodiquement, de l’éruption des volcans, du mouvement de plaques tectoniques, du magnétisme terrestre, des mécanismes et de l’influence des planètes de notre système solaire (équinoxes, gravitation ,…) et même de notre galaxie.

    Concentrons nos efforts financiers et législatifs plutôt sur les pollutions des déchets qui envahissent les mers et nos terres, des microparticules des moteurs thermiques diesel ou ESSENCE, de la pétrochimie, des pesticides ou l’évidence de la responsabilité des hommes est incontestable.
    Concentrons nos efforts financiers et législatifs plutôt sur les pollutions des déchets qui envahissent les mers et nos terres, des microparticules des moteurs thermiques diesel ou ESSENCE, de la pétrochimie, des pesticides ou l’évidence de la responsabilité des hommes est incontestable.
    Quelques liens et adresses de climato-réalistes ( car même dans la sémantique la manipulation sévit, les climato-sceptiques sont les croyants au réchauffement climatique et de ses hypothétiques catastrophes de type millénariste):

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Lindzen
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Gervais
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Duran
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Vincent_Courtillot
    https://www.youtube.com/watch?v=6XDdfCLY3TI
    https://www.youtube.com/watch?v=pNThA15OyFU
    http://siliconwadi.fr/7131/un-astrophysicien-israelien-revele-la-veritable-cause-du-rechauffement-climatique
    http://siliconwadi.fr/7131/un-astrophysicien-israelien-revele-la-veritable-cause-du-rechauffement-climatique
    http://www.pensee-unique.fr/
    https://www.wikiberal.org/wiki/Liste_de_scientifiques_sceptiques_sur_le_r%C3%A9chauffement_climatique
    http://www.slate.fr/life/81023/antarctique-froid-record
    https://www.youtube.com/watch?v=mp7vjsRnWh4
    http://www.lameteo.org/index.php/news/2924-climat-entrevue-avec-hacene-arezki

    Réponse Signaler un abus
  2. Politicoboy

    Bonjour, les chiffres avancés me paraissent particulièrement « optimistes ». En tendance actuelle, selon le GIEC, qui est lui-même ce qu’on peut trouver de plus optimiste dans la communauté scientifique, les 2 degrés seront atteints dès 2050, et cette limite est souvent associé à un déplacement de population de 250 millions d’individus par l’ONU. Or il s’agit de projections extrêmement optimistes, jusqu’à présent le réchauffement et ses conséquences sur le climat ont systématiquement été sous-estimée par le GIEC. http://www.politicoboy.fr/ecologie/comprendre-urgence-rechauffement-climatique/

    Réponse Signaler un abus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signez la pétition !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !