Le cèdre de Gençay : un survivant plus que centenaire

Le cèdre de Gençay : un survivant plus que centenaire

Près de 90.000 personnes ont signé une pétition pour sauver un cèdre de l’atlas dans une commune de 1.800 habitants : Gençay. Ce conifère originaire d’Afrique du nord est considéré en danger par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), l’ONG mondiale connue pour sa liste rouge des espèces en voie de disparition. L’arbre, menacé par Intermarché, risquait de disparaître, sauf que la population Gencéenne s’en est mêlée. Le Média raconte l’histoire d’une mobilisation victorieuse.

Il a environ 150 ans d’histoire. Il mesure 30 mètres de haut, 20 d’envergure et 5 de circonférence. Un cèdre de l’atlas à Gençay, dans le département de la Vienne, en Nouvelle-Aquitaine, est sauvé. Grâce à la mobilisation des habitants de la ville, et à une pétition lancée sur internet, Intermarché a renoncé à couper l’arbre situé sur un terrain convoité pour agrandir sa surface commerciale.

Une mobilisation citoyenne victorieuse

Tout débute en avril, lorsque Daniel Papin, un élagueur est appelé par l’enseigne de supermarché pour réaliser un devis, pour abattre l’arbre. A ce moment-là, Intermarché ne se doute pas du dilemme qui va suivre. Le groupe Immo Mousquetaires a l’intention d’agrandir son supermarché sur un terrain acquis à l’arrière du point de vente, où trône le cèdre de l’atlas. Officiellement, il s’agit pour le groupement les mousquetaires de construire un local pour les salariés et d’agrandir son parking, mais certains craignent une nouvelle galerie commerciale.

L’arboriste grimpeur qui exerce depuis bientôt 25 ans, est un amoureux des arbres depuis son enfance. Au Média, Daniel Papin explique qu’en « voyant le monument, impossible éthiquement de le couper. Un arbre comme celui-ci, il faut le labelliser ». Le gérant de la société Ailes à gages refuse alors de réaliser le devis. Ce passionné d’arbres en discute avec les deux autres sociétés d’élagages contactées pour un devis, tous se retirent de l’appel d’offre et refusent le marché. Devenant en quelque sorte un lanceur d’alerte, l’artisan est convaincu que ce cèdre constitue « un patrimoine commun pour tous les habitants de Gençay ». Pour nous convaincre, il nous explique à quel point il est « magnifique, une fois au pied de l’arbre on comprend tout de suite son envergure magistrale ».

Avec l’espoir de sauver l’arbre, il en parle a une connaissance : Delphine Tretsch, une autre passionnée de jardin avec qui il fait des images du cèdre. C’est elle qui poste sur internet la pétition qui fera le buzz.

« Cette citoyenne lambda », comme elle se définit au Média, a voulu pousser un coup de gueule pour sensibiliser les gencéens car elle considère que cet arbre « c’est un siècle d’histoire naturelle à lui tout seul ». Rapidement, Delphine Tretsch est reçue par le maire qu’elle juge « à l’écoute. Il est même venu à une réunion des citoyens mobilisés pour le cèdre au café-cantine », un commerce de Gençay, qui soutient la démarche. Une information que confirme Guillaume, l’un des co-gérants du café. Selon lui, si les commerçants se sont mobilisés pour soutenir la pétition, et en ont été des relais, c’est parce qu’outre le point de vue écologique, « couper un arbre, c’est toujours quelque chose de particulier », il y a l’aspect économique : « c’est aussi un symbole fort que d’abattre un arbre plus que centenaire pour créer un centre commercial ». Finalement, pour Guillaume, « le cèdre est devenu un sujet important pour le village, les gens ont intégré qu’il faisait partie du patrimoine de la commune, et cette mobilisation a certainement changé le regard des gens » sur la flore du centre-ville. D’autant plus que ces citoyens ne sont pas les seuls à envisager le classement de l’arbre. Un rapport d’expert des eaux et forêts identifie le conifère « comme arbre remarquable ».

Un deal gagnant

Grâce à la mobilisation, l’enseigne française de grande distribution renonce à son projet d’expansion sur l’emplacement du cèdre. Dans un communiqué du 24 mai, l’entreprise écrit « qu’aucune décision n’avait été prise ». Lors d’un conseil municipal du 31 mai, l’équipe municipale présente une alternative. Pour permettre à Intermarché de construire un local avec des sanitaires et des douches pour son personnel, la mairie propose un échange de parcelles. Un bâtiment du service technique de la commune serait troqué, et le terrain possédé par Intermarché deviendrait un jardin public où le cèdre pourrait s’épanouir sans menace, à la condition qu’il devienne la propriété de la ville. Car pour l’élagueur Daniel Papin, « tant que l’arbre n’est pas classé, il faut rester aux aguets ». Les gencéens espèrent en effet le labelliser « arbre remarquable de France », ce qui l’inscrirait dans une liste du patrimoine naturel et culturel à conserver et obligerait son propriétaire à l’entretenir, le sauvegarder et le mettre en valeur. Cette démarche nécessite aussi de la municipalité une modification du plan local d’urbanisme (PLU) pour y intégrer l’arbre.

Contacté par le Média, François Bock, le maire de Gençay précise que cette procédure de révision du PLU est engagée, et que l’emplacement du cèdre sera classé espace boisé à protéger. Tant qu’Intermarché reste le propriétaire de l’arbre, c’est à l’enseigne d’engager les démarches pour le labelliser « arbre remarquable ». Une rencontre est organisée entre les élus et Intermarché la semaine prochaine pour discuter de ces différentes pistes. En attendant, le maire reste prudent, et n’est « pas certain qu’Intermarché soit prêt à céder l’arbre, tant il a pris une valeur symbolique en terme d’image ». Le cèdre de l’atlas pourrait servir la communication de l’entreprise pour verdir sa réputation. Affaire à suivre donc, d’autant qu’était organisé ce mercredi 6 juin une rencontre entre Delphine Tretsch et le maire. La pétitionnaire n’en est pas sortie rassurée, elle reste sceptique sur certains aspects, « tant que rien n’est officialisé, rien n’est sûr. »

Crédit photo : Daniel Papin

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signez la pétition !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !