En région PACA et dans les Hautes-Alpes, le train perd de la vitesse

En région PACA et dans les Hautes-Alpes, le train perd de la vitesse

Le manque d’entretien des infrastructures locales menace la pérennité des lignes ferroviaires et des gares. Selon Reporterre c’est la « politique globale des transports qu’il faut revoir ».

Bien que Joël Giraud, député des Hautes-Alpes, défende le train, c’est néanmoins en avion qu’il rentre à Paris en passant par Turin. Pas très écologique ni très éthique me direz-vous. Mais tâchons de demeurer quelque peu empathique, pour le coup… Il faut avouer que c’est plus rapide que de se taper 8h de train. Que celui qui n’en ferait pas de même à sa place jette la première pierre. Le problème à pointer du doigt en tout premier lieu, c’est la déshérence des infrastructures de transport.

Nous savons les territoires ruraux dans les bas-fonds de l’agenda politique en ce qui concerne les investissements publics. Les Hautes-Alpes sont pourtant relativement proches des pôles urbains que sont Marseille, Aix-en-Provence et Grenoble. En jeu ? L’accès aux centres hospitaliers, à l’emploi et aux universités.

Attention à ne pas dissocier les avantages économiques et sociaux du train de ses bénéfices écologiques. Surtout dans un contexte de lutte concomitante contre le réchauffement climatique et contre les inégalités sociales. Davantage de trains et une meilleure desserte, c’est moins de voitures aux périphéries des grandes villes et durant les chassés-croisés des vacances.

Retrouvez le dossier complet du le site de Reporterre.net.

Crédits (cc)Daiima / Wikimedia Commons

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rendez-vous à 18h !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !