Select Page

Catégorie : Actualités

La dénucléarisation de la Corée du Nord avance

Après deux jours de discussions, les présidents de Corée du Sud et du Nord se sont mis d’accord sur « des mesures concrètes pour la dénucléarisation ». Différents accords ont été signés à Baekhwawon, la luxueuse résidence des hôtes étrangers de la Corée du Nord. Kim Jong-un envisagerait d’accepter la présence d’inspecteurs internationaux lors de la fermeture de son pas de tir de missiles de Tongchang-ri. Il serait également question d’arrêter de manière permanente le site nucléaire de Yongbyon, qui abrite l’unique réacteur du pays et des installations de recherche sur l’atome, à condition toutefois « que les États-Unis adoptent des mesures équivalentes dans l’esprit de la déclaration américano-nord-coréenne du 12 juin », référence au premier sommet de l’histoire entre dirigeants nord-coréen et américain. Cette condition reste néanmoins à préciser, et à négocier avec Washington.
C’est la première fois que Pyongyang se montre aussi coopératif dans le dossier de la dénucléarisation. Moon Jae-in, le président sud-coréen a souligné la volonté des deux pays de faire de la péninsule une « terre de paix sans armes nucléaires et sans menace nucléaire ». Reste à savoir si ces décisions convaincront Donald Trump, dont la première réaction a été positive.

Kim Jong Un has agreed to allow Nuclear inspections, subject to final negotiations, and to permanently dismantle a test site and launch pad in the presence of international experts. In the meantime there will be no Rocket or Nuclear testing. Hero remains to continue being……..
— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) September 19, 2018

Légende : Kim Jong-un et Moon Jae-in ce 19 septembre
Crédits : Capture d’écran / YouTube / France 24

La Pologne réclame une présence militaire américaine sur son sol

Le président Donald Trump a indiqué ce 18 septembre que la Pologne serait prête à payer plus de 2 milliards pour avoir une base militaire américaine permanente sur son sol, lors d’une conférence de presse commune avec son homologue Andrzej Duda. Elle s’appellerait « Fort Trump ». Varsovie craindrait le comportement de Moscou jugé « agressif » notamment en Géorgie voisine ou en Crimée, où les règles du droit international sont en permanence « violées ».
La Maison Blanche a ensuite indiqué dans un communiqué que « les États-Unis s’engagent à explorer les options pour un rôle plus important de l’armée américaine en Pologne, et nous intensifierons nos consultations pour déterminer la faisabilité du concept ». « Les résultats de ces efforts contribueront à la défense non seulement de l’Europe centrale et orientale, mais aussi de l’Alliance toute entière », a poursuivi l’exécutif américain en référence à l’Otan dont fait partie la Pologne. Cette idée risque évidemment de déplaire à la Russie. En mai, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, avait laissé entendre qu’il y aurait des représailles si les États-Unis intensifiaient leur présence dans la région. « Ces mesures expansionnistes ont certainement pour effet de contrecarrer les efforts russes pour équilibrer la parité qui est violée à chaque fois de cette manière », expliquait-il.

Today, it was my great honor to welcome @prezydentpl Andrzej Duda of Poland to the @WhiteHouse! pic.twitter.com/VdsTYdq9MN
— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) September 18, 2018

Légende : Andrzej Duda, le 30 avril 2015
Crédits : wSensie.tv / Wikimedia Commons

Agnès Buzyn s’emporte contre un député Insoumis

Jean-Hugues Ratenon, député La France insoumise de La Réunion, a déclenché la colère de la ministre des Solidarités et de la Santé ce 18 septembre dans l’Hémicycle. La cause ? L’élu, qui a vécu au RSA, a osé jugé « inefficace »  le plan pauvreté présenté la semaine dernière par l’exécutif. « Le président des riches confirme qu’il est aussi le président anti-pauvres. (…) Son revenu universel d’activité maintiendra les pauvres dans la précarité, son service public d’insertion rabote le service public, et brise l’activité économique en disloquant le pouvoir d’achat », a-t-il dénoncé.
Furieuse, Agnès Buzyn réplique : « Vous n’avez aucun intérêt à ce que nous arrivions à résoudre la pauvreté dans ce pays car vous en vivez, vous vous en nourrissez ! » Les réactions indignées des Insoumis ne se sont pas faites attendre. Ils jugent les propos « inacceptables ». Ratenon, de son côté, demande à la ministre des excuses.

PLAN PAUVRETÉ : LE COMPTE N'Y EST PASAlors que je dénonce l'inefficacité des mesures annoncées dans le #PlanPauvreté, @AgnesBuzyn perd son sang-froid et ne répond pas sur le fond de ma question ! #QAG #DirectAN pic.twitter.com/OBdKTSOlBy
— Jean-Hugues Ratenon (@DeputeRatenon) September 18, 2018

Oser une telle accusation face à un députe @DeputeRatenon qui percevait le RSA juste avant d'être élu est un sommet d'indecence. Il ne vit pas de la pauvreté mais a vécu la pauvreté. https://t.co/hLnIjHjMbK
— Clémentine Autain (@Clem_Autain) September 18, 2018

Ignoble agression verbale de la ministre Agnès Buzyn !
Oui, @DeputeRatenon était au RSA avant d'être élu.
La soi-disant ministre des Solidarités à l'image de son maître : l'insulte aux lèvres pour ceux dont elle est censée s'occuper.#DirectAN pic.twitter.com/UcRU2InonF
— Jean-Luc Mélenchon (@JLMelenchon) September 18, 2018

Propos inacceptable de @agnesbuzyn à l'encontre de mon collègue @DeputeRatenon. Incroyable mépris de classe de la part de celle censée lutter contre la #Pauvrete. On voit sa méconnaissance du sujet. Jean Hugues ne le connait que trop bien. #PlanPauvreté #PlanSanté #DirectAN https://t.co/XpRsIOZOKp
— Bastien Lachaud (@LachaudB) September 18, 2018

Légende : Agnès Buzyn à l’Hémicycle le 18 septembre 2018
Crédits : Capture d’écran / Compte Twitter de Jean-Hugues Ratenon
 

Le comédien Jean Piat est mort

Après 75 ans de carrière et vingt-cinq ans à la Comédie française, le comédien Jean Piat est décédé dans la soirée du mardi 18 septembre. Il avait 93 ans. Pour les amoureux de théâtre, il était célèbre pour avoir joué le rôle de Robert d’Artois dans une adaptation des Rois Maudits. Charismatique et talentueux, le comédien était aussi extrêmement prolifique. Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand, Ruy Blas de Victor Hugo, Othello de William Shakespeare, le Cantique des Cantiques de Jean Gireaudoux, Les Précieuses Ridicules de Molière… et la liste des adaptations dans lesquelles il a joué est encore longue.
Comédien, lui-même metteur en scène, Jean Piat a aussi côtoyé les studios de cinéma. Il a notamment joué pour Sacha Guitry, Jean Meyer, Jean Girault, Luis Buñel. Le grand public le connaîtra également pour les doublages qu’il a effectué et notamment Gandalf dans le Seigneur des Anneaux et Scar dans Le Roi Lion.
Pour en savoir plus, lire : « Jean Piat, mort d’un roi »
Légende : Jean Piat
Crédits: Capture d’écran/Le Figaro
 

Plus de 400 000 euros de frais de taxi et de limousine pour Jean-Paul Cluzel, ex-patron du Grand Palais

Le Canard enchaîné de ce 19 septembre nous révèle que Jean-Paul Cluzel, l’ancien patron du monument parisien, a dépensé près de 7000 euros par mois pendant cinq ans, notamment en location de limousine. La Cour des comptes  déplore, selon l’hebdomadaire, le train de vie de l’ex-dirigeant. En 2014 les frais de déplacement se sont élevés à 95.090 euros. Ancien inspecteur des finances, Jean-Paul Cluzel a tour à tour été directeur de l’Opéra de Paris, président de Radio France, et président de l’établissement public du Grand Palais. Il a quitté ses fonctions en 2016.

DEMAIN DANS LE CANARDRecord : 410 000 euros de frais de limousine et de taxis pour l'ex numéro 1 du Grand Palais, Jean-Paul Cluzel
— @canardenchaine (@canardenchaine) September 18, 2018

Légende : Jean-Paul Cluzel sur Radio Classique, le 7 mai 2014
Crédits : Capture d’écran / YouTube / Radio Classique

Loading

Rendez-vous à 18h !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest