Bonne nouvelle pour les locataires, prolongation d’un dispositif logement de plafonnement de la hausse des loyers

Récemment, une très bonne nouvelle est tombée pour les locataires. En effet, l’Assemblée Nationale a approuvé la prolongation d’un dispositif logement de plafonnement concernant la hausse des loyers. Cependant, le sujet reste encore très délicat.

Bonne nouvelle pour les locataires

Le moins que l’on puisse dire est que l’Assemblée Nationale a approuvé la prolongation d’un dispositif de plafonnement de la hausse des loyers à 3,5% pour les PME et les foyers locataires dans une ambiance houleuse. Cependant, la gauche accuse la majorité d’ouvrir la porte à une augmentation. Pourtant, il suffirait de geler les loyers. En tout cas, pour le grand nombre, avec l’approche de la fin du boulier loyer et dans un contexte de forte inflation, la proposition de prolongation a dû faire l’objet d’une urgence.

Face à la divergence d’opinions, le rapporteur Renaissance girondin Thomas Cazenave a reconnu qu’il est pleinement conscient du fait que ce texte soit examiné dans des délais restreints et inhabituels. Ici, il faut noter que les groupes du camp présidentiel ont co-signé ce texte et l’ont donc approuvé. Pour être plus claire, ce texte propose de reconduire le bouclier loyer jusqu’au 2024. En effet, instauré à l’été 2022, celui-ci doit prendre fin le 30  juin prochain.

Importance du maintien du plafonnement

Bien que les députés Liot, LR et RN aient dénoncé les limites du texte, ils l’ont quand même voté. Ainsi, après une séance tendue, il a été adopté avec 259 voix et ira désormais au Sénat. Si cette décision n’a pas été prise, le montant des loyers risquait de s’envoler à plus de 6% dès le mois de Juillet selon Thomas Cazenave. Toutefois, les députés de gauche ont maintenu qu’il fallait juste les geler et voté contre le texte. En effet, d’après Cyrielle Chatelain, tôt ou tard, cette illusion de bouclier conduira nécessairement une hausse. Pourtant, toute augmentation risquerait de mettre encore plus de personnes en difficulté.

Selon le point de vue du communiste Stéphane Peu, les locataires vont connaître une nouvelle hausse avec ce dispositif. Pourtant, les locataires ont déjà subi une hausse de 3,5% entre 2022 et 2023. Cependant, Thomas Cazenave a mis en avant la situation des propriétaires qui sont également impactés par l’inflation. Ainsi, le plafonnement reste le seul moyen pour garder l’équilibre et ne favoriser aucune partie.