Billet de 50 euros égaré sur le parking d’une grande surface : le propriétaire offre un présent particulier au propriétaire ! 

Après avoir mis la main sur un billet de 50 euros égarés sur le parking d’une grande surface, les policiers finissent par retrouver son propriétaire qui leur accorde une jolie surprise en guise de sa gratitude. 

Aux termes de l’enquête menée par les policiers, 12 personnes se sont manifestées comme étant les propriétaires potentiels du billet de 50 euros. Mais c’est la suite de l’histoire qui nous intéresse car elle est tellement insolite

Un billet de 50 euros égaré dans un parking

Le mois dernier, nos confrères de L’indépendant avaient évoqué un fait divers surprenant. C’est l’histoire d’un homme qui a mis la main sur un billet de 50 euros par terre, dans le parking d’une grande surface. De bonne foi, ce-dernier décide de rapporter sa trouvaille au commissariat de police dans l’espoir de retrouver le propriétaire du billet. Les policiers de la région de Meetjesland (Belgique) ont donc procédé à l’enquête dans le but de remonter jusqu’au fameux propriétaire. Pour ce faire, ils décident de lancer un appel à témoins sur les réseaux sociaux et leurs efforts finissent par être récompensés.

Une dizaine de personnes interpellées par la police, le propriétaire offre un cadeau surprenant aux policiers

En tout, 12 personnes se sont présentées au poste de police comme potentiels propriétaires du fameux billet égaré. Une source proche du dossier s’est confiée sur le sujet dans les colonnes de Het Laatste Nieuws. Selon elle, la tâche a été très compliquée pour les policiers car seul le réel propriétaire était en mesure de donner l’heure et le lieu précis de la découverte du billet perdu. En guise de preuve, le principal intéressé a même fourni son ticket de caisse auprès des enquêteurs à la suite des courses réalisées dans le supermarché en question. Quelques semaines plus tard, le propriétaire décide de récompenser gracieusement les policiers en charge de l’enquête en leur offrant une bouteille de cava. Incroyable, n’est-ce-pas ?