Les avantages de l’exercice physique pour la santé physique et morale des enfants

De récentes études scientifiques ont permis de déceler les avantages de l’exercice physique sur la santé physique et morale des mineurs. On vous dit tout !

Les chercheurs se sont récemment penchés sur les impacts de l’exercice physique sur la santé et le bien-être des enfants. A en croire les résultats, ce type d’entrainement permet de lutter contre la dépression et les troubles du comportement.

L’hyperactivité : un bon signe chez les enfants !

Les exercices physiques sont fortement recommandés pour améliorer la masse musculaire et renforcer les os. Les résultats des études scientifiques indiquent que ce type d’entrainement contribue également à limiter le surpoids tout en prévenant certaines maladies comme le cancer et le diabète. Chez les jeunes, notamment les enfants de bas-âge, l’exercice physique contribue à améliorer la santé psychologique.

A ce propos, le coach et auteur de « Keeping Kids Fit », explique : « Les programmes physiques relâchent des endorphines, à l’origine du sentiment de bien-être des enfants ». Les exercices physiques contribueraient ainsi à rendre l’enfant plus heureux et épanoui dès l’âge de 6 ans. Ces derniers présentent également moins de risques de développer des signes de dépression.

Les avantages du cybercyclisme

Il s’agit d’une pratique qui consiste à rouler sur une bicyclette stationnaire tout en admirant un paysage virtuel. De récentes études scientifiques ont permis de démontrer les effets positifs de cette discipline sur les mineurs atteints de troubles du comportement. En effet, ces-derniers participent peu aux séances d’aérobic. A ce propos, April Bowling, enseignante adjoint au Merrimack College précise : « En matière de physiologie, il n’y a aucune preuve qui prouve que l’aérobique ou encore la course à pieds ne provoque pas ces effets. Il est néanmoins difficile de motiver les enfants à en pratiquer surtout s’ils ne sont pas du genre sportif ».

La plupart de ces profils sont victimes de troubles du comportement, de pression sociale ou de retards motrices. C’est pourquoi il n’est pas évident de trouver un programme adapté à leurs conditions. « Le cybercyclisme convient ainsi parfaitement à leur handicap. De plus, ils sont séduits par les cours de jeux vidéo et de réalité virtuelle qui les amusent beaucoup », poursuit la professeure.

Des effets positifs sur l’humeur

Les études scientifiques révèlent que l’exercice est parfait pour améliorer l’humeur chez les enfants tout en prévenant les maladies chroniques. Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs se sont basés sur un programme d’exercices aérobiques visant à mesurer la régulation du comportement chez les jeunes sujets atteints de troubles complexes du comportement.

Les résultats sont sans appel : « Dans l’ensemble, les mineurs âgés de 7 à 16 ans se sont illustrés jusqu’à 51 % d’attitudes perturbatrices en moins durant les périodes d’examen avec un effet particulièrement marqué les jours où ils ont participé aux séances d’exercice », rapportent les auteurs de l’étude.

Améliorer les activités cérébrales

Les exercices aérobiques seraient également indispensables pour favoriser les activités du système nerveux chez les enfants en améliorant la capacité de concentration à l’école. A ce propos, Mme Bowling est convaincue que l’utilisation du cybercyclisme procure des résultats encourageants dans le système éducatif des mineurs. Malheureusement, ces vélos coûtent souvent les yeux de la tête et certaines écoles ne peuvent pas se permettre d’en faire l’acquisition.

Comme le souligne l’enseignante : « Le coût représente un obstacle pour de nombreuses institutions. Il serait judicieux de miser sur des équipements permettant de réaliser des exercices d’aérobiques moins chers mais tout aussi performants sur le plan physique et psychologique ».

Un moyen de lutte efficace contre la dépression infantile

Selon Tonje Zahl, M.S.C., de l’Université norvégienne des sciences et de la technologie : « Les exercices physiques, notamment l’activité physique modérée exerce une influence positive sur les symptômes liées à la dépression infantile ». En effet, la pratique d’entrainement physique permet d’évacuer le stress et de se tenir loin de la pression. D’où l’importance d’utiliser cette discipline pour compléter les traitements de maladies psychologiques.

A ce propos, une psychologue confie : « Je suis convaincue qu’il existe un rapport entre le corps, l’âme et l’esprit ». C’est pourquoi elle prescrit les activités physiques dans le traitement de ses patients pour aider ces-derniers à surmonter la tristesse, le chagrin lié à un deuil, la mauvaise humeur ou les conflits familiaux.

La spécialiste poursuit : « ce type d’entrainement ne procure pas uniquement l’énergie dont le corps et l’esprit ont besoin pour mieux se comporter. Il est également primordial pour libérer le stress et l’anxiété résultant de la vie quotidienne. Le fait de rester actif joue un rôle non négligeable sur la santé psychologique, la capacité de concentration, l’inspiration, la motivation, l’énergie… ».

L’intérêt de commencer les exercices physiques dès le plus jeune âge

SI vous souhaitez que vos enfants puissent mener une vie plus sereine loin du stress et de la dépression, il est primordial de les éduquer à pratiquer des exercices physiques tant qu’ils sont encore jeunes. Selon Hibbert et Saunders : « Plus on débute les exercices tout jeune, plus on apprend à mieux vivre plus tard après avoir atteint le stade de la maturité. Il n’est jamais trop tard pour commencer à s’entrainer, quel que soit l’âge ».

Les deux experts suggèrent également aux parents de s’impliquer dans l’entrainement physique de leurs enfants pour qu’ils puissent restés motiver. « Cette collaboration entre parents et enfants joue un rôle crucial dans le développement de ces derniers. En servant de modèle de santé, les parents contribuent à encourager leurs enfants à prendre soin de leur physique et de leur santé mentale », précise Mme Saunders.

De son côté, Mme Hibbert ajoute : « La meilleure alternative pour encourager les enfants à s’habituer aux sports est de prendre l’habitude d’être actifs tout en incluant les enfants dans notre routine sportive. N’hésitez pas à jouer avec eux, ou à faire du vélo ensemble. Ils apprendront ainsi à apprécier le goût des activités physiques dès le plus jeune âge. Par conséquent, réaliser des exercices ne deviendra plus une corvée par la suite mais un jeu amusant. Ces activités en groupe sont également parfaites pour ressouder les liens familiaux ». A la bonne heure !