Un vent de « dégagisme » au PCF ?

Un vent de « dégagisme » au PCF ?

Petit séisme au Parti communiste français (PCF) : la direction vient d’être mise en minorité. Les militants devaient se prononcer entre le 4 et le 6 octobre sur quatre textes en lice, pour préparer leur congrès, qui se déroulera fin novembre, à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne). « Base commune », le texte défendu par la direction sortante, autour de Pierre Laurent (secrétaire national depuis 2010) a été battue par le « manifeste du Parti communiste du XXIe siècle », 37,99% des suffrages exprimés contre 42,15 %. Ce dernier a notamment été porté par André Chassaigne, président du groupe communiste à l’Assemblée nationale, et Fabien Roussel, patron de la fédération du Nord, dont le nom circule pour remplacer M. Laurent à la tête du PCF.

Le « Manifeste », comme le surnomment les militants, est à la fois très critique sur le bilan de la direction − notamment sur l’absence de candidat communiste à la présidentielle de 2017 − et sur Jean-Luc Mélenchon, le chef de file de La France insoumise (LFI). Ce résultats constituent un camouflet pour Pierre Laurent qui brigue un nouveau mandat. Le sénateur de Paris est même minoritaire dans sa propre fédération. Des rumeurs sur sa démission circulent déjà dans les couloirs du siège, situé à Place du Colonel-Fabien. Ce vote a mobilisé 30 833 militants quand le PCF compte 49 218 adhérents à jour de leurs cotisations, soit une participation de 62,65 %.

Légende : Pierre Laurent, le 19 avril 2012

Crédits : Blandine Le Cain / Flickr

 

2 Comments

  1. Jean-Paul B.

    C’est bien exact,c’est la première fois qu’un texte d’orientation présenté par la Direction du PCF ne recueille pas la majorité des suffrages des adhérents, mais au moins au PCF les adhérents-cotisants sont appelés à choisir les orientations et élire leurs dirigeants lors du congrès.
    Apparemment cela n’est pas le cas à La France Insoumise où les « donateurs » ne servent qu’à financer et ne sont jamais appelés à voter sur les orientations politiques et stratégiques du mouvement (ou doit-on dire la nébuleuse LFI).
    Dans les faits beaucoup ont compris que les décisions sont prises par une nomenklatura épurable à tout moment (coucou Liêm Hoang Ngoc et Djordje Kuzmanovic!).
    Cette « direction éclairée » est composée de membres dont la compétence première exigée est la loyauté totale à la personne du Roi, pardon du « leader » auto-proclamé et infaillible (bonjour l’Ancien Régime!).
    Prôner le « dégagisme » (chez les autres) tout en prenant bien soin de le rendre impossible dans sa propre structure a comme un petit goût de LREM.
    Voilà un bon sujet d’information à creuser par Le Média pour éclairer ses lecteurs:
    – Comment et par qui sont désignés le(s) membre(s) qui dirige(nt) LFI?
    – Quand,comment et par qui sont prises les grandes orientations/décisions engageant le Mouvement ?

    Réponse Signaler un abus
    • Antoine

      En effet, le fonctionnement interne de la FI reste un mystère… Même s’il est probable que toutes les ficelles aboutissent, d’une manière ou d’une autre, à Mélenchon.

      Réponse Signaler un abus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signez la pétition !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !