Naissances de bébés sans bras : discordance autour d’un éventuel « scandale sanitaire »

Naissances de bébés sans bras : discordance autour d’un éventuel « scandale sanitaire »

Entre 2009 et 2014, pas moins de sept bébés sont nés sans bras dans l’Ain. Sur la même décennie, la Bretagne et les Pays de la Loire ont aussi connu le même problème. Selon une investigation épidémiologique publiée par Santé publique France : « Il n’y a pas d’excès de cas par rapport à la moyenne nationale, Santé publique France n’a pas identifié une exposition commune à la survenue de ces malformations. L’absence d’hypothèse d’une éventuelle cause commune ne permet ps d’orienter des investigations complémentaires. »

Emmanuelle Amar, directrice du Registre des malformations, explique quant à elle qu’un tel fruit du hasard est impossible. « Autant de malformations identiques, ça n’est jamais arrivé dans l’histoire des malformations. La probabilité que ça soit lié au hasard est plus qu’infinitésimal. On est face à un plausible scandale sanitaire. ». Pour elle, il y a de fortes probabilités qu’une exposition accrue des mère à des produits phytosanitaires soit la cause de ces malformations.

Santé publique France affirme de son côté qu’il n’est pas de son ressort d’enquêter sur l’utilisation de pesticides, « on s’interroge » surtout « sur l’impact possible sur les animaux ». Selon Franceinfo, des cas de malformations animales auraient également été recensés dans l’Ain. Pourtant, aucune investigation n’a été menée de ce côté là non plus…

Légende : Main de bébé

Crédits : PxHere

1 Comment

  1. morvan

    C’est sans doute une question de génération…., mais lorsque j’ai pour la 1ère fois en 2018 entendu parler des naissances de bébés sans membres ou à membres atrophiés, j’ai immédiatement dans un premier temps pensé à la (ou le) Thalidomide (scandale international des années 60, avec des dizaines de milliers de victimes, laboratoire allemand de production de la molécule coupable – ledit laboratoire ne s’étant excusé pour la 1ère fois que très récemment, 2012 ce me semble). Dans un second temps, personne ne développant l’hypothèse, je me suis dit « ce n’est pas possible que cette molécule soit encore en circulation après ça, ressaisis toi ! »…. mais je suis quand même allée voir s’il y avait un article Wikipédia pour me rassurer dans les grandes lignes (nota : parce que je ne possède pas d’ouvrage ad hoc). Et là quand même grosse stupéfaction, la Thalidomide est toujours là, (vrai « retour » en 2009 ?), plutôt « confidentiellement » (quoique !) pour son usage humain direct, très éloigné dorénavant de l’usage initial qui avait amené la catastrophe, et avec apparemment des précautions réelles…Mais….. Je note qu’alors que dans les années 60 on ne ciblait que la prise, même un seul comprimé, de Thalidomide par la femme enceinte à une certaine période de grossesse, on cible aujourd’hui aussi la prise de Thalidomide par le père potentiel, devant s’abstenir de rapports non protégés 3 mois après dernière prise de la molécule qui passe dans le sperme. Par ailleurs, la Thalidomide produit ses effets tératogènes sur certains animaux comestibles (dans la mise au point du médicament, les tests de l’époque avaient été faits sur des femelles rats non sensibles à ces effets de la molécule, mais des tests faits ultérieurement sur des lapines avaient eux montré des grossesses monstrueuses). Dès lors, EN FRANCE, il semblerait que l’usage vétérinaire de la Thalidomide ait été exclu à cette époque et jusqu’à maintenant. En admettant que ce soit exact, quid néanmoins des produits sanitaires vétérinaires, et des viandes, vastement importés par la France, quelles garanties, quels contrôles ? Je m’arrête là, pensant avoir lancé brièvement la piste de presque toutes mes interrogations, et sans m’étendre sur ce que je pense des laboratoires d’une part, de la grande vague actuelle en France de nouveaux prescripteurs (certes sous supervision, dans les textes) de médicaments (infirmiers « pratique avancée’, pharmaciens, sage-femme, par exemple), pour pallier les « déserts médicaux », d’autre part.

    Réponse Signaler un abus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signez la pétition !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !