Le porte-parole du gouvernement cite Maurras en pensant reprendre Marc Bloch

Le porte-parole du gouvernement cite Maurras en pensant reprendre Marc Bloch

Benjamin Griveaux a tenté ce 15 novembre de défendre l’action gouvernemental au micro du 7/9 de France inter. Le porte-parole affirme que « lorsqu’on transforme en profondeur le pays, ça appelle beaucoup de pédagogie, de patience et d’écoute ». D’après lui, le président Emmanuel Macron souhaite que les ministres et les technocrates parisiens aillent « en région » expliquer les réformes aux habitants. « C’est le pays légal qui rencontre le pays réel, pour reprendre les propos de Marc Bloch, il y a bien longtemps », résume-t-il fièrement à Nicolas Demorand… Malheureusement pour lui, il ne s’agit pas des mots du grand historien résistant, comme il semble le penser, mais de Charles Maurras, théoricien du « nationalisme intégral » et collabo sous le régime de Vichy.

Lire aussi : Marlène Schiappa cite Marx… Et ça ne passe pas

Ce concept antirépublicain et anti-jacobin évoque la fracture entre le peuple enraciné (« pays réel ») et les représentants des institutions républicaines (« pays légal »). « Le pays officiel et légal, qui s’identifie au gouvernement parce qu’il en retire l’aliment de sa vie, ce petit pays constitutionnel commence néanmoins à voir et à entendre l’émotion qui gagne le pays vrai, le pays qui travaille et qui ne politique pas. […] Nous venons d’assister à des élections dites “républicaines” qui n’ont été que des coalitions d’intérêts organisées par de petits fonctionnaires inquiets. » explique l’ancien dirigeant de l’Action française dans Enquête sur la monarchie (1900). Rappelons enfin que, pour lui, ce « pays légal qui s’identifie au gouvernement » est à la botte des « quatre Etats confédérés », que sont les juifs, les métèques, les protestants et les francs-maçons, qui représentent l’anti-France. Manque de chance donc pour Benjamin Griveaux, qui voulait probablement étaler sa culture, mais révèle son ignorance. Une erreur facheuse, quelques jours après la polémique déclenchée par Macron sur Pétain.

Légende : Benjamin Griveaux au micro du 7/9

Crédits : Capture d’écran / YouTube / France inter

2 Comments

  1. Jean-Paul B.

    Nous avons une fois de plus la confirmation que les petits marquis (ici Griveau) et les petites marquises (là Schiappa) de la Macronie ne sont que des cuistres (définition selon le Larousse « Cuistre: personne qui fait un étalage intempestif d’un savoir mal assimilé »).
    Pfff! Dire que nous devrons encore supporter ces malfaisants pendant 42 longs mois…
    À moins que le Peuple,lassé,ne se réveille et renvoie par un blocage pacifique et démocratique du pays, ces nuls plein de mépris, Jupiter compris, à leurs chères études (si mal suivies par ailleurs!).

    Réponse Signaler un abus
  2. Thierry Dubois

    Ne jetons pas la pierre à Griveaux qui fait ce qu’il peut. Notre problème est qu’il fait mal, très mal. C’est surement une question de formation. Il manquerait de culture, l’hypothèse doit être retenue. Sinon, il faudrait motiver son comportement par l’outrecuidance et le mépris pour les citoyens.
    Pour résumer la situation, cet âne aurait lu Maurras, Il est en accord avec cette crapule, il se fout du monde et est persuadé qu’il peut s’y autoriser. Pauvres de nous, encore de longs mois à supporter ce petit garçon et ses pareils.

    Réponse Signaler un abus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signez la pétition !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !