Francis Chouat, soutenu par LREM, succède à Manuel Valls dans l’Essonne

Francis Chouat, soutenu par LREM, succède à Manuel Valls dans l’Essonne

Dimanche se jouait le second tour de la législative partielle dans la 1ère circonscription de l’Essonne, fief de Manuel Valls. Il opposait le successeur de ce dernier, Francis Chouat, à la candidate insoumise Farida Amrani, déjà candidate en 2017. On se souvient des accusations (qui se sont avérée vraies) de fraudes dont avait fait l’objet l’ancien Premier ministre. 139 voix seulement avaient séparé les deux candidats. La même musique ne se répétera pas deux fois. Cette fois, c’est par un large écart (2 000 voix de retard) que Farida Amrani est devancée. Ainsi Francis Chouat, candidat LREM, succède à Manuel Valls avec 59% des suffrages exprimés.

Ce suffrage aura également été marqué par une abstention exceptionnellement élevée. Avec 83%, l’abstention gagne un point par rapport au premier tour. Un duel dont l’enjeu local était de taille, n’a finalement pas énormément passionné les foules. Du côté des soutiens locaux, ils semblaient être du côté du néo-député ; le maire de Corbeil-Essonnes, Jean-Pierre Bechter et l’ex-maire de Courcouronnes, Stéphane Beaudet, ont en effet soutenu le candidat Francis Chouat.

Malgré cela, on peut s’interroger sur la « représentativité » du désormais « élu de la nation ». Même si la victoire est large, 59% sur 17% de votants, ça fait très peu. Cette question peut s’élargir aux autres candidats. Plus globalement, c’est toute l’offre politique qui semble avoir été massivement rejetée.

Lire aussi : Farida Amrani et Ulysse Rabaté : deux insoumis en lutte

La candidate a un avis tranché sur la question. « L’Assemblée comptera un 308ème député godillot […] Le clientélisme et les petits arrangements ont tant abîmé cette circonscription. Les dirigeants politiques locaux portent une grande responsabilité dans le dégoût de la politique qui s’exprime aujourd’hui« , a déclaré Farida Amrani après sa défaite. Ce n’est pas la première fois qu’on entend parler de clientélisme dans le coin. On se souvient, notamment, de l’affaire Serge Dassault, ancien maire de Corbeil-Essonnes, qui avait été mis en examen pour achat de votes, blanchiment et complicité de financement illicite de campagne électorale.

Légende : Francis Chouat et Manuel Valls

Crédits : Poudou99/Wikimedia Commons

3 Comments

  1. Thierry Dubois

    Le Chouat des électeurs est ridicule. Encore heureux que le drôle soit mal élu. Un inutile de plus dans l’hémicycle.

    Réponse Signaler un abus
    • Jean-Paul B.

      Ce député macroniste élu avec une participation de seulement 20% des électeurs inscrits il est clairement illégitime.
      Le Code électoral devrait être révisé pour empêcher de proclamer un élu quand la participation n’atteint pas au moins 50% des électeurs inscrits.
      Tous ceux qui font les lois (députés et dans une moindre mesure sénateurs) n’y ont aucun intérêt! Ils préfèreront toujours être mal élus que pas élus du tout.
      Mais que dire des autres candidats qui n’ont pas réussi à intéresser les mécontents de Macron?
      Le discrédit qui frappe tous les partis politiques est un symptôme inquiétant qui pourrait nous réserver de mauvaises surprises.

      Réponse Signaler un abus
      • Thierry Dubois

        Jean-paul B, si la mauvaise surprise que vous craignez, est qu’un aventurier opportuniste profite des circonstances institutionnelles pour accaparer le pouvoir se presente, comme Napoleon le petit pendant la deuxieme république, vous pouvez etre tranquille. C’est déjà le cas depuis la derniere presidentielle.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signez la pétition !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !