Select Page

En Argentine, les politiques d’austérité continuent

En Argentine, les politiques d’austérité continuent

Les vieilles recettes du FMI ont la vie dure et sont appliquées partout où il passe. Après l’accord passé entre l’institution et le gouvernement de Mauricio Macri en juin dernier, la crise économique s’accentue au pays des gauchos. Pour répondre à une inflation qui va avoisiner les 40% d’ici la fin de l’année et une dévaluation du pesos de 30 %, le président argentin va mettre un place un nouveau plan de rigueur.

Celui-ci s’articulera autour de la suppression d’une dizaine de ministères et de l’augmentation des taxes à l’exportation. Cette annonce intervient peu de temps avant la tenue d’une réunion le 4 septembre entre Nicolas Dujovne, ministre de l’Economie argentin et des représentants du FMI. L’ordre du jour de cette réunion concernait le calendrier de versement des 50 milliards d’euros que le FMI accepte de prêter à l’Argentine.

Le ministre et le FMI se sont donnés pour objectif de réduire le déficit public de façon à ce qu’il soit à… 0 % du PIB. Une folie. Et ce d’autant plus qu’augmenter les taxes à l’exportation pourrait considérablement réduire l’activité des entreprises argentines. Ces mesures font suite à d’autres mesures précédemment adoptées visant à réduire les subventions de l’État aux factures de gaz et d’électricité, à réduire le nombre d’employés dans le secteur public et à renoncer aux grand chantiers d’infrastructures.

Comme dans les années 1990, le FMI continue de faire des ravages dans les économies sud-américaines qui tentent de se réconcilier avec lui…

Pour plus d’information

Légende : Mauricio Macri avec Angela Merkel en 2017

Crédit : casarosada.gov.org/Wikimedia Commons

1 Comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signez la pétition !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !