Select Page

Coup de poignard à la Maison Blanche ?

Coup de poignard à la Maison Blanche ?

Le New York Times informe, dans une mystérieuse tribune anonyme, de l’existence d’une résistance au sein de la Maison Blanche.

Une tribune publiée anonymement ce mercredi 5 septembre dans le New York Times évoque une trahison au sommet de l’Etat américain. L’auteur se présente comme un membre de l’administration de Donald Trump, appartenant à la « résistance de l’intérieur » de la Maison Blanche. Le texte, dont le caractère exceptionnel a été souligné, affirme que les conseillers de Donald Trump ont réfléchi à déclencher le 25e amendement – qui permet de destituer le président pour « incapacité ». Mais qu’ils ont pour l’heure plutôt choisi de le « garder sous contrôle », expliquant que « personne ne souhaite précipiter une crise constitutionnelle »« Nous ferons tout ce que nous pourrons pour tirer cette administration dans la bonne direction », écrit encore l’auteur de ce témoignage. Du moins, souligne-t-il dans une ellipse pour le moins significative, « jusqu’à ce que – d’une manière ou d’une autre – cela s’achève ».

Un président instable

La tribune décrit la présidence de Donald Trump comme « imprévisible ». L’occupant du bureau Ovale serait incapable de se concentrer, changeant sans cesse d’avis. Il est aussi décrit comme purement et simplement « instable » : « Les rencontres avec lui virent souvent hors propos, dès lors qu’il se lance dans des diatribes répétées, souvent mal conçues et mal informées. » D’après l’auteur, les décisions prises par l’entourage du président se font parfois en contradiction avec les avis de Donald Trump, citant l’exemple des relations diplomatiques avec la Russie. « La plupart [des conseillers] tentent de travailler en isolant autant que possible leurs dossiers de ses coups de gueule », écrit le critique. Réfutant toutefois toute accusation de complot, le responsable déclare qu’« en aucun cas il ne s’agit de l’œuvre d’un soi-disant Etat parallèle. Il s’agit du travail de l’Etat stable. » « Pour être clair, précise-t-il, notre résistance n’est pas celle de la gauche. Nous souhaitons que l’administration [républicaine] réussisse et pensons que beaucoup des politiques déjà adoptées ont rendu l’Amérique plus sûre et plus prospère. (…) Mais nous pensons que notre premier devoir est envers notre pays, et le président continue d’agir au détriment de la santé de notre république. »

Une trahison

« TRAHISON ? » a réagit le locataire de la Maison Blanche sur son compte Twitter.

Dans un communiqué, la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders, a elle aussi qualifié de « lâche » l’auteur du texte. « Déçue mais pas surprise » par la décision du quotidien connu pour son opposition à Trump de le publier, elle a dénoncé une tribune « pathétique, irréfléchie et égoïste »« Près de 62 millions de personnes ont voté pour le président Donald J. Trump en 2016 (…). Aucune d’entre elles n’a voté pour une source lâche et anonyme du New York Times en faillite », a-t-elle ajouté, reprenant une expression fréquemment utilisée par le président américain. Selon elle, l’auteur de ce texte « fait passer son ego avant la volonté du peuple américain »« Ce lâche devrait faire la seule chose qui s’impose et démissionner », a-t-elle conclu.

Légende : Donald Trump, 4 octobre 2016

Auteur : Gage Skidmore /  Wikimedia Commons

 

1 Comment

  1. Jean-Paul B.

    Bonjour,
    sans vouloir défendre l’imbécile de Trump force est de reconnaitre que cette tribune anonyme pose un problème démocratique. En effet quoi que l’on pense de lui,Trump a quand même la légitimité de l’élection (je sais qu’il a obtenu moins de voix que Clinton mais c’est le système électoral en vigueur dans son pays qui permet cela!).
    Le « Deep State » qui lui n’est pas choisi par le peuple,le conteste et veut l’empêcher de gouverner: c’est presque un coup d’État auquel nous assistons.
    Mais cette façon de faire ne semble poser aucun problème à ces éditorialistes (US et même de chez nous!) toujours au taquet quand des dirigeants qui n’ont pas leurs faveurs procèdent ainsi.
    La Démocratie à géométrie variable.

    Réponse Signaler un abus

Trackbacks/Pingbacks

  1. Jean-Eric Branaa : "Les révélations de l'administration de Trump sont une aubaine pour lui"  | Le Média - […] cela s’ajoute une tribune anonyme parue dans le New York Times et baptisée « Je fait partie de la résistance au sein…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signez la pétition !

Devenez Socio

Derniers Tweets

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Avec vos amis !